formats

Médicaments contrefaits : Qui dit vrai ?

Publié le 27/01/2017, par dans Non classé.

« Nous n’avons pas de médicaments contrefaits et nous n’avons pas de médicaments de mauvaise qualité.» C’est ce qu’a déclaré, le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, en marge de son passage au forum de la Radio nationale.
« Nous disposons de compétences de haut niveau et nous avons des équipements qui n’existent même pas encore en Europe et au niveau international. J’invite tous ceux qui ont des doutes là-dessus à visiter les hôpitaux de Bab El Oued, Tipasa, Tizi Ouzou et le centre de la nouvelle ville de Sidi Abdallah» a-t-il ajouté. Cependant, il semblerait que les professionnels du secteur des médicaments ne soient pas réellement d’accord.

En effet, l’année dernière, le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP), Lotfi Benbahmed, a révélé la commercialisation d’une vingtaine de « médicaments dangereux» introduits sur le marché par des « réseaux maffieux» ou « importateurs de cabas». Le 16 janvier dernier, lors de l’émission « L’invité de la rédaction», Lotfi Benbahmed a, une nouvelle fois, dénoncé le phénomène des produits cabas, pour finir par le traiter de trafic de produits contrefaits et ce, pour suivre la définition faite par l’OMS qui considère qu’un médicament est contrefait dès qu’il n’a plus de traçabilité.

Pour Ahmed Benfares, président de l’Ordre des pharmaciens de la région de Blida, ce fléau, qui prend l’allure d’une véritable activité hautement lucrative pour ceux qui la pratique, « est un grand danger pour la santé des citoyens dans la mesure où il ouvre une grande porte à la contrefaçon à grande échelle en provenance de pays spécialistes en la matière».

En effet, selon lui, cette pratique qui consiste à importer de manière frauduleuse par des pharmaciens eux-mêmes ou bien par des « grossistes importateurs, distributeurs» des médicaments en rupture persiste et se renforce malgré la dénonciation officielle, l’année passée, par le CNOP. Le spécialiste dénonce : « Des pharmaciens véreux sous prétexte de donner des solutions aux malades en quête de ces produits se remplissent en fait malhonnêtement les poches en pratiquant des marges exorbitantes.»

Finalement, et contrairement aux dires du premier responsable du secteur, « ce trafic aura de beaux jours devant lui et risque même de se généraliser devant l’inertie des pouvoirs publics et aussi tant que les ruptures persistent de manière chronique ou ponctuelle», affirme Ahmed Benfares.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Médicaments contrefaits : Qui dit vrai ?
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair