formats

Médecine parallèle : Ce désespoir qui enrichit les charlatans

Publié le 26/01/2016, par dans Non classé.

Les services du ministère du Commerce sont confrontés au vide juridique exploité par certains opérateurs.
Des centaines de magasins de vente de plantes médicinales et produits d’herboristerie ont fait leur apparition ces derniers mois dans les grandes villes. Ces surfaces, qui en apparence n’ont rien à voir avec les locaux poussiéreux des herboristes traditionnels qui conseillent des remèdes de grand-mère aux petits bobos de la vie quotidienne, proposent « des traitement alternatifs» à plusieurs maladies. Derrière les vitres esthétiques, les planchers brillants, les étagères modernes se cache un business qui peut conduire le patient aux urgences. Des flacons, des bocaux et des sachets renfermant des combinaisons de plantes médicinales de la région ou importées promettent la guérison de plusieurs maladies.

Plusieurs enseignes de ces herboristes se sont spécialisées, en effet, dans ce qui est considéré comme des compléments alimentaires, mais auxquels sont attribuées des vertus extraordinaires. Même si les senteurs de plantes très connues des Algériens trahissent les lieux, les emballages et l’apparence soignée de ces boutiques vendent autre chose.

Du miel spécial, cueilli dans des endroits lointains, produits à base de nectar et de plantes spécifiques seraient, selon les vendeurs, le remède tout indiqué contre certaines maladies que la médecine moderne a du mal à traiter, ou nécessitant un suivi assidu en médicaments ou plusieurs séances d’efforts physiques. Selon les indications inscrites sur les boîtes, ces traitements pourraient justement guérir les problèmes du colon, de l’eczéma…

Problèmes d’acné ?

Au niveau de cette boutique située rue Boukella, à Bab El Oud, une multitude d’applications sont proposées pour venir à bout de ces boutons disgracieux qui hantent les jeunes et auxquels les médicaments et les traitements « classiques» ont du mal à remédier. Dans certaines surfaces, les vendeurs proposent des traitements contre des maladies chroniques. « Ceci est le médicament contre le goitre», propose un jeune vendeur, employé au niveau d’un magasin « spécialisé», situé à Belouizdad, au cœur de la capitale.

« Vous devriez en prendre assez souvent pour stabiliser votre goitre», dit-il à une jeune femme qui demande conseil pour réduire les effets secondaires du traitement chimique auquel elle est soumise depuis une année. Apparemment, le vendeur ne semblait pas avoir les connaissances suffisantes pour répondre à « sa patiente» quand cette dernière l’a interrogé sur les interactions avec le traitement à l’iode prescrit pour certaines maladies liées à la thyroïde. « Ah, vous avez subi une ablation ? Il ne fallait pas.

Ce traitement aurait pu vous éviter justement ce genre de chirurgie. Il stabilisera vos hormones», précisera-t-il à sa cliente potentielle qui ne semblait pas très convaincue. « Comment trois herbes peuvent-elles remplacer mon traitement, c’est trop facile», se dit-elle avant de remettre la boîte à sa place et de remercier le vendeur. Dans une boutique située à la place des Martyrs, des traitements sont proposés aux problèmes de l’obésité. Ainsi, des propriétés sont attribuées aux solutions à base d’herbes contenues dans des flacons et dont les noms ne sont pas étrangers à la flore locale.

On vend du rêve à des milliers d’Algériens atteints par des maux dus à certaines maladies chroniques, au changement du mode alimentaire et tout simplement à la génétique. A les en croire, il suffirait de quelques jours de prise de ces sirops pour se débarrasser définitivement des dizaines de kilos en plus. Ces boîtes « magiques», sur lesquelles sont inscrits les noms des plantes, sont cédées à des prix variant entre 300 et 1200 DA pour une utilisation régulière de quelques jours.

Ces traitements offriraient des solutions aux irritations du colon, à l’allergie, à l’ulcère, au diabète, aux dysfonctionnements hormonaux, à tous les problèmes de l’appareil digestif, à la stérilité, aux problèmes de la prostate, à la chute des cheveux, à la chute du poids… Ainsi, le vendeur se transforme souvent en praticien de la santé. Il propose, oriente et parfois recommande des traitements sans en connaître les conséquences

Poudre de perlimpinpin

Des spécialistes de la santé dénoncent le flou qui caractérise ce créneau. Ces surfaces ne relèvent pas des activités commerciales réglementées, affirme-t-on à la direction de la concurrence et des prix. Les médecins mettent en garde contre cette forme de médication et déplorent l’anarchie totale dans la régulation du marché des plantes médicinales et ce qui pourrait être assimilé à de la médecine alternative.

Des spécialistes pointent du doigt des « praticiens qui ont développé un véritable business avec de vrais-faux cabinets de soins, où l’on prescrit des traitements à des patients sans aucune formation ni connaissance de ces traitements». Le docteur Bekkat, du conseil de l’Ordre des médecins, dénonce une régularisation de la pratique de la médecine et de la pharmacie sans aucune compétence ni qualification et les conséquences qui en découlent. Le président du conseil de l’Ordre des médecins révèle que son autorité a saisi à maintes reprises divers services du ministère de la Santé et celui de l’Intérieur, « sans aucun effet à ce jour.

Ces cabinets et ces boutiques continuent à exercer la médecine et font dans la pharmacie informelle sans que cela ne suscite la réaction des autorités sanitaires et sécuritaires du pays», ajoute le Dr Bekkat en soulignant le danger encouru par certains patients qui ne mesurent pas les conséquences dans ces traitements. « C’est le coma assuré», explique le médecin en évoquant les cas des malades diabétiques invités à suivre un traitement « alternatif» à base de plantes et de miel. Et d’ajouter : « Le pire, c’est que le malade consent à abandonner son traitement chimique, d’où l’impossiblité d’établir la responsabilité directe de ces praticiens pour les poursuivre ainsi en justice.»

Le cas d’une prétendue praticienne exerçant il y a quelques années, à Châteauneuf (Alger) a défrayé la chronique. Cette femme, qui ne possède pas les qualifications requises, prétendait depuis des années qu’elle guérissait plusieurs cancers grâce aux vertus thérapeutiques des plantes locales. S’appuyant sur des témoignages de faux clients, elle vendait son produit à des malades désespérés contre des sommes faramineuses.

Le cousin d’une de ces victimes se rappelle encore comment cette fausse praticienne a convaincu la malade d’abandonner ses séances de chimiothérapie et de suivre un traitement à base de plantes. « Ma cousine ne s’en Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Médecine parallèle : Ce désespoir qui enrichit les charlatans
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair