formats

Maître Aït Larbi interpelle le chef de l’état : «Baptisez la Bibliothèque nationale du nom d’Aït Ahmed»

Publié le 07/11/2016, par dans Non classé.

L’avocat Morkrane Aït Larbi interpelle le chef de l’Etat, lui demandant de baptiser la Bibliothèque nationale d’Algérie du nom du chef politique et historique Hocine Aït Ahmed.
Dans une déclaration à El Watan, le célèbre avocat estime que l’Etat algérien doit inscrire le nom de celui qui a donné plus de 70 ans de vie pour l’Algérie sur le fronton d’un édifice aussi prestigieux que celui de la BNA, lieu de savoir, de connaissance et surtout de mémoire nationale. « Le nom de ce grand militant mérite d’être inscrit en lettres d’or sur la façade de la Bibliothèque nationale. Cela n’empêche en aucun cas de baptiser de son nom des rues et des boulevards dans les différentes régions du pays.

C’est le minimum que doit faire l’Algérie indépendante pour l’immortaliser», ajoute Me Aït Larbi. Rappelant succinctement le parcours de l’ex-dirigeant historique de la lutte de Libération nationale, l’avocat et militant des droits de l’homme évoque un des aspects de la vie d’Aït Ahmed : « Hocine Aït Ahmed, chef historique, était aussi un intellectuel, docteur en droit et auteur de plusieurs ouvrages, dont L’Afro-fascisme, L’Affaire Mecili, Mémoires d’un combattant, La Guerre et l’après-guerre.»

Décédé à la fin de l’année 2015 et enterré dans son village natal à Aïn El Hammam dans des funérailles populaires mémorables, le nom du fondateur du FFS a été donné à plusieurs structures locales, mais sur initiatives citoyennes. Près d’une année après sa disparition, l’homme de l’OS n’a pas encore eu l’hommage national qu’il mérite.

Sacré unanimement par les Algériens, Aït Ahmed est porté au panthéon de l’histoire nationale. « De l’âge de 16 ans et jusqu’en 1962, il a lutté pour la liberté et l’indépendance de notre pays. Dès l’indépendance jusqu’à son décès, il a milité pour les libertés, la dignité, la démocratie et les droits de l’homme pour tous les Algériens, sans aucune distinction», rappelle Mokrane Aït Larbi, visiblement irrité du fait que le chef de l’Etat ait baptisé des édifices du nom de personnalités seulement quelques semaines après leur décès et que celui d’une figure historique semble oublié. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Maître Aït Larbi interpelle le chef de l’état : «Baptisez la Bibliothèque nationale du nom d’Aït Ahmed»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair