formats

Lyes Merabet. Président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) : Cette étude nous renvoie à l’image déformée de notre système de santé

Publié le 25/03/2016, par dans Non classé.

Suite aux nombreuses agressions verbales et physiques à l’encontre des personnels officiant au niveau des pavillons des urgences médico-chirurgicales, des médecins résidents ont décidé de mener une étude nationale inédite qui vise à référencer de manière chiffrée le nombre et la nature de ces agressions afin de confronter les autorités ministérielles à l’ampleur du phénomène et proposer des solutions pour y mettre un terme.
Ainsi, selon cette enquête, plus de 61% des médecins questionnés sont âgés entre 20 et 30 ans, et la majorité (56,1%) sont des femmes. L’enquête en question a aussi montré que la plupart de ces medecins sont des généralistes, pour la majorité (57%) dans le centre du pays.

Selon l’étude, la majorité des praticiens agressés ont entre 20 et 30 ans. Donc de jeunes médecins, souvent encore en formation…

Il faut savoir que l’enquête cible en particulier les pavillons des urgences rattachés à des établissements hospitaliers formateurs (CHU, EHS) où le personnel est réparti entre médecins assistants de garde, résidents et étudiants en médecine (internes et externes), ce qui expliquerait à mon sens cette moyenne d’âge.

La responsabilité de la gestion des services des urgences dans ces établissements incombe aux chefs de service ou aux chefs d’unité, selon le cas, qui sont de rang magistral et qui doivent assurer en permanence un encadrement pédagogique et pratique dans le cadre de la formation pour de jeunes médecins et des étudiants affectés à des terrains de stage aussi sensibles que les urgences.

Par ailleurs, je tiens à saluer cette initiative, car avec ce genre de démarches que les conditions de travail peuvent s’améliorer
Selon cette étude, la majorité des médecins agressés sont des femmes…

La tendance à la féminisation dans les études médicales en particulier et dans les professions liées aux soins médicaux en général est un état de fait qui traduit, si besoin est, cette situation. Les statistiques en possession du Syndicat national des praticiens de santé publique estiment à 90% le taux de féminisation dans le milieu médical du secteur public.

Pourquoi les agressions verbales sont les plus répandues ?

On est simplement dans la déformation du comportement sociétal algérien. L’agressivité et le manque de respect envers le personnel constituent l’essentiel des requêtes laissées par les médecins de garde à côté des insuffisances liées au plateau technique, des perturbations dans la disponibilité de certains médicaments et autres produits consommables nécessaires à la bonne marche du service des urgences.

Le plus souvent, c’est dans le box de consultation que les médecins sont le plus agressés. Pourquoi ? Que faut-il faire pour y remédier ?

C’est le cas généralement, car le médecin se retrouve seul face au patient et à ses accompagnateurs, il est directement accessible, donc vulnérable. Bien que l’on nous rapporte aussi des scènes de violence physique et verbale à l’encontre de médecins dans les couloirs de l’établissement de santé, devant les chambres de garde ou dans le parking de l’hôpital.

Que faire ?

Eventuellement, repenser l’architecture affectée à nos structures de santé, en particulier aux urgences, former et recruter des agents pour l’accueil et l’orientation, sécuriser les structures de santé qui exercent en H24, mieux organiser le réseau de soins pour faire face aux flux incessants de malades.

Dans la majorité des cas, ce sont les accompagnateurs qui sont les plus violents. Interdire à la famille du patient d’entrer aux urgences, est-ce une solution ?

La disposition des espaces dédiés aux soins au niveau d’un service des urgences et l’existence d’un schéma ou un parcours de prise en charge en est déjà une solution. Ça doit commencer à l’entrée du service dans un espace humanisé et convivial où se fait l’accueil de l’urgence et où des explications vont être données régulièrement à la famille et aux accompagnateurs.

Justement, l’étude montre que les agressions sont le plus souvent dues à un défaut d’accueil et d’information, une durée d’attente jugée trop longue ou encore l’absence de lits d’hospitalisation…

Il y a en fait d’autres considérations, en dehors de l’accueil, qui impactent négativement la relation entre personnel soignant et ceux qui accompagnent le malade. Cela nous renvoie à l’image déformée de notre système de santé qui peine à s’organiser efficacement pour accompagner les changements intervenus tant au niveau de la donne démographique et socioéconomiques qu’au niveau de la transition épidémiologique que vit l’Algérie.

Dans 56% des cas, le personnel médical ne dépose pas plainte par manque de soutien de la hiérarchie aussi bien médicale qu’administrative. D’après vous, pourquoi n’est-il pas soutenu ?

Il y a du vrai dans cela. Il faut aussi dire que dans pas mal de situations, des mesures dissuasives ont été prises et des plaintes sont régulièrement déposées par les établissements de santé contre les agresseurs.

Mais cela reste insuffisant. De plus, au niveau personnel, c’est toujours difficile d’assumer une action en justice pour des situations qui peuvent se reproduire à chaque garde. Cet aspect doit relever de la responsabilité et des obligations du représentant moral de l’établissement.

La violence que subissent les médecins est encouragée par l’absence de personnel de sécurité -rarement présent au moment de l’agression. Suite aux nombreuses agressions constatées, pourquoi n’a-t-on pas déployé plus d’agents de sécurité dans les hôpitaux ?

D’une part, il faut trouver ces agents de sécurité « formés» et d’autre part, il faut mettre à la disposition des établissements de santé la possibilité de recruter à travers l’octroi de postes budgétaires. Le recours à des sociétés privées spécialisées dans la sécurité demande des moyens financiers que, malheureusement, la plupart des établissements ne peuvent pas assurer.

Face à cette situation alarmante, les médecins résidents proposent des solutions : un diplôme de spécialisation spécifique à la médecine d’urgence de manière à ne plus recourir à des médecins généralistes, le plus souvent nouvellement diplômés. Qu’en pensez-vous ?

Le « résident» est un médecin généraliste en formation post-graduée. En fait, légalement autorisé à exercer en cette qualité mais aussi avec un statut d’étudiant relevant de la fac de médecine.

Le Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) ne peut qu’appuyer cette proposition d’ériger la médecine générale en tant que spécialité à part entière. Un projet que le SNPSP partage avec d’autres, notamment la Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Lyes Merabet. Président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) : Cette étude nous renvoie à l’image déformée de notre système de santé
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair