formats

L’étrange parcours de l’agresseur algérien

Publié le 08/06/2017, par dans Non classé.

Après la tentative d’attaque djihadiste contre un policier à Paris, les touristes ont reformé hier l’habituelle queue devant la cathédrale Notre-Dame, rapporte l’AFP.
Plus aucune trace de l’attentat n’était visible sur place, alors que la veille, Farid Ikken, qui prépare un doctorat en journalisme en France, attaquait au marteau un policier en patrouille sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame à Paris.

Le policier a été légèrement blessé au cou, sans que ses jours ne soient en danger. « Le policier se porte bien, ses blessures ne sont pas trop graves», a précisé le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui est revenu lors d’une conférence sur le déroulement de l’agression. « Il a attaqué la patrouille par derrière», a expliqué le ministre de l’Intérieur. Il a « commencé à frapper un policier, son collègue a fait feu».

« C’était quelqu’un qui se présentait comme étudiant algérien, il était muni d’une carte dont nous devrons vérifier l’authenticité», a affirmé le ministre à la presse, précisant que l’agresseur, blessé par des tirs de riposte, avait également en sa possession « deux couteaux de cuisine».

A-t-il agi en solo ? « Apparemment, l’individu était seul, pas accompagné», a ajouté le ministre. Lors de l’attaque, ce dernier aurait crié : « C’est pour la Syrie.» Blessé au thorax par les tirs de riposte, il a été conduit à l’hôpital, alors qu’une quinzaine de membres de la Brigade de recherche et d’intervention, cagoulés et lourdement armés, fouillaient une résidence étudiante de Cergy, où l’homme occupait un logement. Interrogés, la plupart des locataires, des étudiants, ont indiqué ne pas connaître l’assaillant. Un seul s’est souvenu d’un homme « très discret», qui « habitait là depuis un an et demi ou deux ans».

Qui était Farid Ikken ? Après une licence en traduction obtenue au début des années 2000 à Alger, Farid Ikken a rejoint la Suède où il effectue un master en journalisme avant de partir travailler en Norvège. Il était marié avec une Suédoise dont il est aujourd’hui divorcé. Puis il revient en Algérie en 2001, au moment des événements du Printemps arabe, et s’installe dans la ville de Béjaïa où il crée une agence de publicité et un site d’informations régionales, Béjaïa Aujourd’hui. Depuis 2014, il était inscrit en thèse à Metz. Il avait suivi son directeur de thèse à Paris en 2016, tout en restant inscrit à Metz.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’étrange parcours de l’agresseur algérien
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair