formats

L’Etat veut booster les «territoires»

Publié le 15/12/2015, par dans Non classé.

Les Assises nationales de l’aménagement du territoire se sont ouvertes hier au Palais des nations de Club des Pins (Alger) sur le thème « Dynamiques territoriales : alternative pour une croissance économique durable», en présence de Nouredine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Mohamed Seghir Babès, président du Conseil national économique et social (CNES), et Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l’UGTA.

Amar Ghoul, ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, a délivré un message politique : « Il s’agit d’aménager le territoire pour édifier une économie diversifiée et compétitive hors hydrocarbures. Le Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) est un acte par lequel l’Etat affiche son projet territorial. Il montre comment l’Etat compte assurer, dans un cadre de développement durable, l’équilibre, l’équité et l’attractivité du territoire dans toutes ses composantes, y compris la défense et la sécurité nationales.»

En réalité, dans un contexte de chute des prix des hydrocabures, le gouvernement veut aller vers l’émergence d’une économie qui exploite les potentialités de l’ensemble des territoires et tire ses sources de croissance de la productivité et de l’innovation, en substitution à la dépense publique. Le plus grand challenge reste de transformer les secteurs consommateurs de budget en sources génératrices de richesses et de plus-values hors hydrocarbures.

« Nous sommes dans une étape d’évaluation. La tenue de ces Assises constitue une opportunité pour évaluer le SNAT sur la période 2010-2015. Le SNAT s’étale jusqu’à 2030 et l’évaluation doit se faire tous les cinq ans», a ajouté Amar Ghoul.

Les déclinaisons du SNAT au niveau sectoriel et territorial sont comme suit : 21 Schémas directeurs sectoriels (SDS), 9 Schémas d’espaces de programmation territoriale (SEPT), un Schéma directeur d’aménagement du littoral (SDAL), 4 Schémas directeurs d’aménagement des grandes villes (Alger, Oran, Constantine, Annaba) et 48 Plans d’aménagement du territoire de wilaya (PATW).

Le ministre a en outre souligné que les « bouleversements» que connaît le monde, l’environnement de crise, les difficultés économiques engendrées par la chute des cours du pétrole imposent à l’Algérie l’élaboration de programmes qui exploitent toutes les compétences dont elle dispose.

C’est dans ce contexte plein d’incertitudes que l’économie nationale doit opérer sa transition. Le gouvernement semble avoir choisi une stratégie qui s’appuie sur des leviers considérés comme moteurs et catalyseurs afin de réduire la vulnérabilité de notre pays vis-à-vis des exportations d’hydrocarbures. Parmi les secteurs prioritaires figurent l’industrie, l’agriculture, le tourisme et l’artisanat, les transports, le commerce et les services.

Pour le tourisme, il s’agit de créer un cadre pour l’émergence d’un tourisme de masse, captant les nationaux et les Algériens établis à l’étranger, favorisant les échanges au niveau national et construit sur les atouts naturels et les spécificités de l’Algérie.

Mais force est de constater que la mobilisation financière dans ce domaine est difficile compte tenu de la rareté des ressources et la compétition inégale avec les pays de la région, qui ont une organisation touristique plus efficiente.

Il apparaît opportun de recentrer la politique algérienne vers l’optimisation du tourisme national et la promotion d’un tourisme international plus ciblé, plus marchand et intégré dans un « package» plus large en termes d’offre de services touristiques et culturels.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’Etat veut booster les «territoires»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair