formats

Les voix furieuses des oubliés de Had Chekala

Publié le 25/04/2017, par dans Non classé.

Oued R’hiou. 45 km à l’est de Relizane. Nous embarquons à bord d’un minibus à destination de Had Chekala, commune située aux confins de la wilaya de Relizane, dans la daïra de Aïn Tarek, à une centaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya.
Le temps est couvert. Lourd. Le minibus est bondé, aussi a-t-il quelque mal à gravir la côte sinueuse qui monte jusqu’à Lahlef et Ammi Moussa. De là, la bande de bitume se déploie au milieu d’une plaine verdoyante en pénétrant dans les piémonts de l’Ouarsenis. La route que nous empruntons, en l’occurrence la RN90 qui s’étale jusqu’à Tiaret, est relativement déserte.

Passée la ville de Ammi Moussa, nous enfilons les localités de Marioua, Aïn Tarek, Zeboudja, Boughaiden, avant de déboucher sur Had Chekala. Relizane est exactement à 101 km derrière nous, indique une plaque, tandis que Tiaret est à seulement 55 km. Lorsque nous quittons la RN90 pour accéder au chef-lieu de la commune de Had Chekala, il nous faut encore continuer à pied sur un chemin vicinal fortement pentu avant d’arriver au siège de l’APC.

Le cœur de l’agglomération comptait 2371 habitants, sur un ensemble de 6712 âmes pour toute la commune, dont 891 en zones éparses, selon le RGPH 2008. Cette dispersion se constate d’ailleurs à vue d’œil. Les habitants de la commune sont répartis sur plusieurs douars et mechtas. Erigée sur un relief tourmenté, à l’ombre du mont Sidi Bouali, la localité de Had Chekala dit d’emblée l’enclavement et la solitude d’une population longtemps livrée à elle-même. « De toutes les communes de Relizane, Had Chekala est sans aucun doute la plus désolée. Nous sommes dans le noir le plus total», résume un habitant.

1000 morts, selon Ouyahia

Pour l’éternité, le nom de cette commune martyre restera associé à l’un des épisodes les plus douloureux des années 1990 : les massacres de Ramka et Had Chekala. Le 30 décembre 1997 et le 4 janvier 1998, les hordes barbares du GIA allaient mettre la région à feu et à sang, décimant à la hache des centaines d’innocents, dont des dizaines d’enfants, incendiant hameaux, chaumières et vergers, exécutant bêtes et cheptels. Le 21 mars 2006, lors d’une conférence de presse à Djenane El Mithaq, Ahmed Ouyahia, alors chef de gouvernement, déclarait que les massacres de Ramka et Had Chekala avaient fait plus de 1000 morts (Liberté du 22 mars 2006).

En 2009, Zerhouni parlera même de 1300 morts (Le Soir d’Algérie du 13 avril 2009). Dans un témoignage glaçant, Kamel Daoud ,qui s’était rendu sur les lieux du massacre, raconte le spectacle apocalyptique qu’il y découvrit. Sous le titre : « Had Chekala : les 1000 morts enfin admis à la mort» (Le Quotidien d’Oran du 23 mars 2006), il écrit : « Le chroniqueur s’en souvient bien : envoyé par la rédaction à Had Chekala, le lendemain du Grand Massacre, fin décembre 1997, il y récolta un chiffre que personne ne voulut prendre, comprendre, admettre ou accepter.

Premier journaliste arrivé sur les lieux, il ne vit d’abord rien parce que la mort a été plus parfaite qu’ailleurs. (…) L’endroit était loin des chancelleries, des ONG, des rédactions et même de l’éclairage public.» Il poursuit : « La dernière nuit de 1997, on y rasa plus de cinq mechtas, tout juste derrière les premières hauteurs de l’Ouarsenis. Le massacre y fut accompli en jumelage avec l’autre village, Souk El Had.

Le chiffre officiel était de moins de 200 morts et c’est l’actuel chef du gouvernement (en 2006, ndlr) qui l’avait donné, soutenu et légalisé à l’époque.» L’auteur d’O Pharon – un récit inspiré de cette même tragédie – note encore : « Pour enterrer les leurs et après avoir vainement attendu l’Etat pendant trois jours, les rescapés jetèrent les morceaux dans les puits et les cachèrent dans ces crevasses que creusent les fortes pluies de la saison à partir des hauteurs.» « Presque dix ans après, Had Chekala revient, mais elle ne revient pas de la mort.

Ouyahia, chef de gouvernement comme à l’époque, expliqua, hier (le 21 mars 2006, ndlr), que le chiffre de la tuerie n’est plus un secret d’Etat : il s’agit bel et bien de 1000 morts. L’explication, elle est politique comme tout ce qui respire dans ce pays : ‘‘Nous avons caché la vérité parce qu’on ne dirige pas une bataille en sonnant le clairon de la défaite. »» Et Kamel Daoud de conclure en parlant des victimes : « On avait pu réussir à cacher le chiffre, mais pas les cadavres. (…) On vient de mettre dix ans pour leur permettre le repos final.»

Près de vingt ans après cette terrible boucherie, la région respire la paix lasse et triste des terres qui sont revenues de tout. Une paix orpheline comme du pain nu. Malgré son enclavement, nulle inquiétude ne s’empare du visiteur. Mais le temps semble figé et le train du développement arrêté à Ammi Moussa qui s’apprête, annonce Ould Abbès, à recevoir un nouvel hôpital de 240 lits, quand, ici, un très sommaire centre de soins « est tout juste bon pour faire les injections et il n’ouvre qu’une demi-journée», selon les habitants.

Briques rouges et temps suspendu

Première image qui interpelle le regard : les centaines de maisons en construction s’étalant sur des terrains escarpés. La plupart de ces habitations sont inachevées, donnant à voir des blocs interminables de briques rouges surmontés de fers d’attente qui semblent s’éterniser. Outre le siège de l’APC qui est lui-même en travaux, le chef-lieu de la commune compte un bureau de poste, une brigade de gendarmerie, une salle de soins, une salle polyvalente et quelques écoles.

Rencontré juste à l’entrée du village, Ahmed, 57 ans, moustache drue et visage amène, résume la situation en quelques mots : « Regardez par vous-mêmes. Had Chekala manque de tout comme vous le voyez !» Il désigne sa bicoque délabrée jouxtant une carcasse de maison en construction qui monte péniblement. « J’ai bénéficié de l’aide à l’habitat rural, mais 70 millions ma tekfiche. J’ai tout le mal du monde à terminer ma construction. Le fer à béton est à plus de 6000 DA le quintal.

Le ciment est à Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les voix furieuses des oubliés de Had Chekala
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair