formats

«Les souscripteurs à l’action Biopharm ont déjà une plus-value latente»

Publié le 14/03/2016, par dans Non classé.

– La souscription à l’offre publique de vente des actions de Biopharm est lancée. Peut-on dire qu’il s’agit réellement d’un bon placement ?

Pour savoir s’il s’agit d’un bon placement, nous devons, d’abord, nous interroger sur les bons placements possibles actuellement en Algérie. Traditionnellement, nous avons les comptes en banque pour lesquels la rémunération est ce qu’elle est, avec cette érosion que subit le dinar. Donc, souscrire à une émission d’actions est déjà un apprentissage grâce auquel le souscripteur aura une partie de son patrimoine en actif financier. Il n’y a pas meilleure occasion pour commencer cela qu’une souscription à l’offre publique de Biopharm.

C’est une entreprise solide, qui évolue dans le secteur du médicament, qui s’inscrit dans la durée et arrive, aujourd’hui, à une période charnière où la famille fondatrice du groupe, ayant réussi à attirer des investisseurs internationaux, prend maintenant la décision de s’ouvrir à l’actionnariat populaire large. C’est le meilleur gage pour durer : la famille sera à 30%, les internationaux à 49% et, espérons-le, 100 000 Algériens à 20% qui participeront à l’avenir de cette entreprise.

– Comment jugez-vous le prix de vente de l’action, fixé à 1225 DA ?

Il y a plusieurs manières de calculer la valeur d’une entreprise, à savoir la valeur patrimoniale, la valeur comparative ou encore à travers les flux de trésorerie (cash flow). Toutes ces méthodes de valorisation ont donné des valeurs de l’action supérieures au prix fixé à l’action de Biopharm. Après avoir procédé à l’ensemble de ces méthodes, un prix minimum a été dégagé, mais la famille a décidé de positionner le tarif de l’action encore bien en dessous. La valeur de l’action est donc, aujourd’hui, intrinsèquement bien en dessous du prix dégagé par les différentes méthodes de calcul de la valeur.

– Dans quel but ?

C’est pour faire en sorte que l’opération soit bénéfique pour les nouveaux actionnaires. C’est une prime de bienvenue, car l’actionnariat populaire est un événement majeur dans la vie d’une entreprise. C’est incontestablement une bonne affaire pour le nouvel actionnaire, aujourd’hui et à l’avenir.

– Biopharm a annoncé un résultat net supérieur de 24% par rapport aux prévisions. Cela a-t-il un impact sur le cours de l’action ?

Biopharm a annoncé cette révision pour les 3 premiers trimestres de 2015. Le bénéfice par action pour cette période est supérieur de 24% par rapport aux prévisions. C’est dire qu’il y a une plus-value latente par rapport à la valeur actuelle de l’entreprise. Ceux qui souscrivent aujourd’hui sur la base des valeurs de 2014 ont déjà une plus-value latente dans le cours de l’action, c’est-à-dire des profits potentiels non encore réalisés. Et cela représente une deuxième prime de bienvenue.

– Pour ce qui est de l’entreprise, pensez-vous réellement que son introduction en Bourse lui sera bénéfique sachant que certaines entreprises cotées commencent à réfléchir plutôt à sortir de la Bourse d’Alger en raison du marasme qui y prévaut ?

Vous touchez du doigt l’audace des actionnaires de Biopharm. Evidemment, une entreprise peut continuer à grandir sans entrer en Bourse. Mais si elle veut s’inscrire dans la durée, elle doit avoir un maximum de souscripteurs particuliers sur son titre. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Les souscripteurs à l’action Biopharm ont déjà une plus-value latente»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair