formats

Les responsables de TQ5 agressés à l’arme blanche

Publié le 06/09/2017, par dans Non classé.

Le docteur Rachid At Ali Oukaci et le cinéaste Reda Amrani, respectivement directeur de la communication et directeur artistique de la chaîne kabyle en cours de constitution Taqvaylit Télévision (TQ5), ont fait l’objet d’une violente agression à l’arme blanche, lundi soir, quelque part entre Illoula Oumalou et Chellata, par un groupe d’individus inconnus, a-t-on appris ce matin auprès du docteur At Ali Oukaci.
« Nous roulions en direction de Tifrit où nous étions programmés pour donner une conférence relative à notre projet de télévision, lorsque un véhicule nous a barré la route au niveau du col de d’Ichelladen (Chellata). Trois individus sont descendus et ont directement commencé à m’insulter et à crier fort, avant de s’en prendre physiquement à moi. Reda, dans une tentative courageuse de m’extirper des mains des agresseurs, a été pris à partie à son tour et a reçu plusieurs coups», raconte à El Watan Rachid At Ali Oukaci.

Après leur attaque, les agresseurs ont quitté les lieux dans la précipitation à bord de leur véhicule en faisant demi-tour en direction de Tizi Ouzou, relate Reda Amrani, dans une vidéo filmée à Tifrit (Akbou) après l’agression.

En état de choc et dans la confusion totale, M. At Ali Oukaci et Reda Amrani, aidés par des automobilistes, se sont rendus d’abord à l’hôpital d’Akbou pour recevoir les soins nécessaires, avant de rejoindre Tifrit où ils ont donné leur conférence. Les deux hommes présentent de sérieuses blessures, dont certaines ont été infligées par un couteau, comme en témoignent les photos des deux victimes, postées sur les réseaux sociaux juste après l’agression.

On y voit, en effet, une assez importante taillade au niveau du bras de M. At Ali Oukaci, mais c’est Reda Amrani qui semble le plus touché, avec plusieurs blessures, notamment au niveau du front, des yeux et du bras. Autre conséquence de cette agression, la mère du docteur At Ali Oukaci a, selon ce dernier, fait un accident cardiovasculaire (AVC) en apprenant la nouvelle de l’agression.

Si l’identité des agresseurs ainsi que leur mobile restent un mystère pour le moment, tout porte toutefois à croire qu’il s’agit d’un coup dirigé contre les deux hommes en relation avec leur projet de créer une chaîne TV kabyle. Interrogé à ce sujet, Rachid At Ali Oukaci, qui déplore « un climat d’insécurité en Kabylie et une brouille totale», n’écarte pas cette possibilité en déclarant que « toutes les hypothèses sont possibles». Ceci d’autant plus que, le 1er septembre, l’homme et son compagnon Reda Amrani ont fait l’objet d’une tentative d’empêchement de leur conférence à Tamazirt, dans la commune d’Irdjen, par « un indicateur kabyle utilisé par les gendarmes», a dénoncé M. At Ali Oukaci sur sa page Facebook.

Indignation

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), dans un communiqué, « s’indigne et dénonce cette agression, exige toute la vérité sur les circonstances de cette agression, elle interpelle le parquet pour l’ouverture d’une enquête judiciaire et la poursuite des auteurs de cette agression».
L’organisation des droits de l’homme rappelle, par ailleurs, que « les droits d’opinion et d’expression sont infranchissables et doivent être respectés et protégés en toute circonstance».

Dans un communiqué, le Café littéraire de Béjaïa dénonce une agression « commanditée» la qualifiant d' »acte barbare dont le but vise à décourager ces deux hommes à ne plus continuer à faire la promotion de leur projet à travers des conférences tenues ces derniers jours en Kabylie».

Tout en soulignant que les deux victimes continuent leurs activités en dépit de leurs blessures, le Café littéraire de Béjaïa ajoute : « Cette attaque ignoble n’est pas fortuite et doit être commanditée par ceux qui entravent toute initiative citoyenne indépendante échappant au contrôle du pouvoir. C’est pourquoi nous la condamnons fermement et appelons les citoyens à soutenir cette louable initiative pour mettre en échec toute tentative du pouvoir de domestication de la société.»

Lancé il y a quelques mois par la diaspora kabyle au Canada, le projet de création de la chaîne Taqvaylit TV TQ5 est dans sa phase de gestion. Ce canal est destiné, selon ses fondateurs, à la promotion et la sauvegarde de la culture et la langue kabyles, à travers des programmes pour enfants, pour les femmes et toutes les catégories des gens de la région qui seront diffusés en kabyle. La chaîne comprendra aussi, selon Rachid At Ali Oukaci, des thématiques qui porteront sur la science, la technologie etc.

Celui-ci assure, par ailleurs, pour lever toute polémique sur la paternité du projet, que cette chaîne « n’est pas du MAK» et que ses fondateurs sont entrés en contact « avec plus de 80 personnalités kabyles, dont Ali Yahia Abdennour qui nous a aidés» pour concrétiser ce projet.

Pour le moment, les responsables de la chaîne de droit canadien sillonnent les villages et les villes pour sensibiliser sur la nécessité du projet et chercher des actionnaires.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les responsables de TQ5 agressés à l’arme blanche
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair