formats

Les récoltes retardées par les conditions climatiques

Publié le 21/05/2018, par dans Non classé.

Les fruits restent inabordables pour le commun des Algériens. Dans les marchés de l’Algérois, les produits sont proposés à des prix excessifs : les fraises sont à 250 DA/kg, les abricots à 300 DA, les pastèques à 80 DA et les melons à plus de 100 DA.
« Les fruits d’hiver, comme les oranges ou les mandarines, ne sont presque plus sur le marché. Et les fruits de saison ne sont pas encore disponibles en quantité suffisante, d’où la hausse des prix enregistrée ces derniers jours», estime le président de l’Association nationale des commerçants et artisans algériens (Ancaa).

Au marché de gros des Eucalyptus (Alger), les produits sont trop chers : entre 50 et 70 DA pour les pastèques, jusqu’à 120 DA pour les différentes variétés de melon, les pommes sont vendues, selon la qualité et la provenance, entre 60 et 300 DA ou même 500 DA.
Les pêches « disponibles en petite quantité sont vendues entre 70 et 100 DA/kg», précise le président de l’association des mandataires, Mohamed Medjber.

Une explication à cette hausse : la persistance du froid. « Les produits de saison ne sont pas encore commercialisés pour la simple raison que les producteurs font face au retour du froid. Les agriculteurs ne peuvent donc pas faire leur récolte normalement, vu que les fruits ne sont pas encore mûrs. Le constat est valable même pour les cultures sous serres», précise-t-il. D’ici quelques semaines, « avec le retour des bonnes conditions climatiques, la récolte sera importante, ce qui fera baisser les prix», promet le mandataire.

De son côté, le président de l’Ancaa, Si El Hadj Tahar Boulenouar, rassure sur la disponibilité des produits pour les prochains jours. « Les pastèques sont la bourse pour cette saison, comme les oranges en hiver. Ce fruit est vendu actuellement entre 70 et 80 DA/kg.

Des quantités nous viennent d’El Menia (Ghardaïa). D’ici fin mai, il y aura d’importantes quantités qui vont arriver de cette région, mais aussi d’autres wilaya de l’Ouest ou de l’Est, à l’instar d’El Tarf, Annaba.

A partir de cette date, la pastèque sera cédée entre 25 et 30 DA le kilo et la baisse des prix suivre pour tous les autres produits», signale M. Boulenouar. La tendance baissière touchera ces fruits « d’ici 2 à 3 semaines», annonce-t-il. « Avec les quantités importantes qui vont arriver sur les marchés de gros et de détail, nous allons avoir des baisses sur tous les produits locaux, comme les pêches, les abricots et même ceux importés, telle la banane. On me signale que ce fruit sera proposé à moins de
200 DA/kg», estime le président de l’Ancaa. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les récoltes retardées par les conditions climatiques
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair