formats

Les producteurs algériens appellent à la levée des contraintes

Publié le 18/05/2017, par dans Non classé.

Le marché africain des médicaments devrait atteindre 28 milliards de dollars en 2020 avec une très forte croissance annuelle d’environ 8% de ce marché.
L’Algérie, qui se place en tant que leader avec un marché pharmaceutique estimé à 3,3 milliards d’euros à fin 2016 avec une couverture de plus de 50% de ses besoins, entend aujourd’hui conquérir des parts de ce marché africain. Le Forum pharmaceutique international organisé durant trois jours à Alger (14-16 mai) par le conseil national de l’Ordre des pharmaciens d’Algérie, en collaboration avec l’Inter-Ordre des pharmaciens africains, l’Intersyndicale des pharmaciens africains, l’Association africaine des centrales d’achat des médicaments essentiels et la direction de la pharmacie et du médicament, a été une opportunité pour les investisseurs algériens d’approcher les plateformes de distribution de ces pays et de développer des coopérations avec des opportunités prometteuses.

Investir dans ces pays africains est justement l’objectif recherché par les producteurs algériens qui estiment que d’autres pays ont déjà investi le secteur. « Il est temps que les pouvoirs publics se penchent sur la question et revoient la réglementation algérienne qui reste encore rigide en matière d’exportation et d’investissement dans des pays étrangers», déclarent unanimement, les fabricants nationaux qui souhaitent, par ailleurs, placer leurs produits dans ces pays avec la création d’unités locales, comme cela a été déjà fait par les entreprises privées marocaines.

« Nous avons les moyens pour aller investir en Afrique, mais les banques sont trop rigides en matière de transfert de devises, ce qui entrave les opérations d’exportation et même d’installation d’unités dans des marchés africains», a noté Nabil Mellah, directeur des laboratoires Merinal et membre de l’UNOP. Et de signaler que « l’Algérie reproche à d’autres pays de considérer notre pays comme un marché pour la commercialisation de leurs produits et il en est de même pour la plupart des pays africains.

Ces derniers recherchent plutôt des partenariats avec des investisseurs qui vont non seulement prendre des parts de marché, mais qui vont également investir». S’agissant des moyens technologiques pour faire face à la concurrence des leaders mondiaux sur les marché africains, ce chef d’entreprise, qui exporte déjà vers sept pays africains, a affirmé que les opérateurs algériens ne possèdent pas toute la technologie existante, mais « nous avons le nécessaire pour produire autant de médicaments pour pouvoir conquérir le marché africain», a-t-il indiqué.

L’Algérie dispose de tous les atouts et de l’expérience nécessaires dans l’industrie pharmaceutique pour investir dans les pays africains, a noté le secrétaire permanent de ce forum. Le directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), M’hamed Ayad, se dit favorable pour la pénétration du marché du médicament africain.

L’adhésion de la PCH à l’Association africaine des centrales d’achat de médicaments essentiels, annoncée à la clôture des travaux de ce forum dont la demande a été introduite en avril dernier, s’inscrit justement dans cette dynamique, signale M. Ayad. « C’est à travers cette organisation que l’Algérie pourra évaluer le marché africain et s’informer sur ce marché, ses plateformes de distribution, d’approvisionnement et les appels d’offres.

Cela nous permettra d’avoir un aperçu et aider nos entreprises industrielles à se placer sur ce marché», a-t-il ajouté. Renforcer la coopération entre les pays de l’Afrique et faire face à la concurrence mondiale est le mot d’ordre de ce forum. Une stratégie de coopération pour satisfaire les besoins de ces pays en matière de médicaments s’impose, a-t-on, entre autres, recommandé. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les producteurs algériens appellent à la levée des contraintes
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair