formats

Les malades interpellent le ministre de la Santé

Publié le 02/07/2017, par dans Non classé.

Les malades de la wilaya d’Annaba continuent d’interpeller le Pr Hasbellaoui Mokhtar, le nouveau ministre de la Santé, sur la dégradation générale du secteur de la santé dans la wilaya de Annaba.
Outre l’absence d’un service d’imagerie, dont la prestation est assurée gratuitement pour les patients, ces derniers sont victimes d’une mauvaise prise en charge, notamment au niveau des services des urgences médicales et chirurgicales. Il en est ainsi au nouveau service des urgences médicales Frantz Fanon de Annaba qui, malheureusement, n’assure plus sa mission.

En effet, les victimes de malaises cardiaques et des AVC ne sont pas pris en charge convenablement et leurs proches dénoncent une démission du personnel médical, avons-nous constaté sur place. Les quelques blouses blanches rencontrées sur le lieu pointent un doigt accusateur vers ceux qui ont la charge de gérer le secteur de la santé et ses infrastructures, dont le CHU de Annaba. « Comment peut-on concevoir que Mannitol, un médicament indispensable à la prise en charge des AVC aigus, manque dans notre service ? Même les équipements nécessaires pour surveiller les malades sont défaillants, sinon absents, tels que, à titre d’exemple, les tensiomètres.

Et notre chef de service n’est souvent pas présent pour imposer son autorité et remédier à la situation», s’insurge un technicien de santé, rencontré dans les couloirs de ce service. Et de fulminer : « Dans ce nouveau service livré à lui-même, il n’y a aucune prévision du consommable. Regardez, il n’y a pas de bandelettes, ni de seringues, ni de gants, encore moins de médicaments d’urgence. A cela, il faut ajouter un manque terrible d’hygiène où les toilettes ne sont pas fonctionnelles et les lave-mains bouchés.» Situation confirmée après notre visite où des odeurs pestilentielles se dégageaint des sanitaires, auxquelles seuls les rats, présents en nombre, peuvent résister. A la question de savoir où sont passées les femmes de ménage, le personnel médical répond à l’unanimité : « Ce sont les parents de malades qui nettoient les lieux en l’absence de femmes de ménage. Bien qu’elle soit louable, cette initiative gêne, néanmoins, la visite médicale en raison de la présence des proches de malades hospitalisés, qui sont nombreux.» Autre insuffisance, celle concernant les ambulanciers.

On dénonce leur absence qui, souvent, n’est pas signalée. « Pour ne pas exagérer, un ambulancier sur deux est absent. Pour un quelconque avis médical, les malades hospitalisés assurent leur déplacement par taxi» dénonce-t-on. Situation similaire au niveau des urgences de l’hôpital Ibn Rochd, où les malades dont la pathologie nécessite un examen de scanner attendent plusieurs heures pour être transférés. Vu qu’aucun scanner n’est en service, les patients sont transportés vers une clinique privée avec laquelle la direction du CHU a conclu une convention. « Notre frère O. Lyes, 20 ans, est polytraumatisé. Nous l’avons déposé au service des urgences chirurgicales dans la nuit de vendredi à samedi. Il a fallu attendre de 2h jusqu’à 11h du matin pour qu’il passe son scanner dans une clinique privée. De l’avis des médecins, ce retard dans la prise en charge pèsera beaucoup sur son pronostic vital», pestent les proches de ce jeune accidenté. Qu’attend encore le ministre de la Santé pour sévir contre cette démission générale au grand dam des malades, dont les cancéreux qui ne cessent de crier à qui veut les entendre que la santé dans la wilaya de Annaba est gravement malade. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les malades interpellent le ministre de la Santé
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair