formats

Les islamistes font feu de tout bois

Publié le 18/09/2016, par dans Non classé.

La charge contre la ministre de l’Education nationale a repris après la découverte d’une erreur dans le manuel de géographie de la 1re année moyenne.
Des partis de la mouvance islamiste ont dénoncé le travail de la ministre alors que des syndicalistes, qui reprochent à Nouria Benghebrit « son manque de transparence», ont exigé des sanctions contre les responsables d’un tel « scandale» et même le départ de la première responsable. Répondant à ceux qui lui reprochent son « silence», le président du MSP, Abderrezak Makri, affirme refuser d’entrer dans une querelle idéologique imposée par les « taghribiyine» (les occidentalistes). « Je suis étonné par ces occidentalistes (taghribiyine) qui nous en veulent de défendre notre identité et nos principes comme si c’était nous qui avions lancé ces combats idéologiques. A chaque fois, le ministère s’engage dans une lutte idéologique qui ne profite pas aux Algériens.

Et nous sommes accusés, nous et nos semblables, de nous en prendre à la ministre», s’étonne-t-il dans une déclaration publiée, hier, sur sa page facebook, faisant remarquer que ces « affaires» ne naissent pas du néant, mais sont « programmées à l’avance par des larbins tapis dans les institutions de l’Etat et exécutées par « des naïfs et des gens qui ont des intérêts futiles». Le chef islamiste estime que l’agitation autour des manuels scolaires est un ballon-sonde. « Ce sont des ballons-sondes. Si les Algériens ne se révoltent pas, rien ne changera. Ils veulent nous dompter et nous user. Ils veulent que nous discutions leurs affaires malgré nous…

En plus il y a ceux qui veulent nous occuper par ces querelles idéologiques pour ne pas voir la corruption, la mauvaise gestion et le destin funeste qui nous guettent», estime Makri, qui a annoncé dans un post précédent, l’installation d’une commission pour étudier « un à un» les manuels scolaires de 2e génération.

Autrement plus conciliante, l’Alliance nationale républicaine (ANR) affirme militer pour une école « moderniste, républicaine et ouverte aux exigences de l’heure» et fustige le courant qui veut bloquer l’évolution de l’école algérienne. « Nous avons une vision moderniste et républicaine de l’école qui soit ouverte sur les exigences de l’heure, produisant un citoyen et un élève ancré dans les différentes dimensions de l’identité nationale», a déclaré, hier, Belkacem Sahli, lors d’un point de presse, en marge d’une réunion du bureau national du parti et de la commission nationale de préparation du congrès.

« Le clientélisme a de beaux jours devant lui»

Des syndicats apparentés islamistes maintiennent leurs positions hostiles à l’égard de la ministre. L’Unpef dénonce dans un communiqué, les « scandales à répétition». Il en impute la responsabilité aux décisions prises « sans concertation et dans le secret » alors que la formation, assure-t-elle, a réclamé le report des réformes entrées en vigueur. Le président de l’Unpef exige des excuses de la ministre et des sanctions à l’encontre des « conspirateurs». Usant d’un langage dur, le SNTE a dénoncé une « haute trahison». Kouider Yahiaoui, secrétaire général du SNTE, a exigé le retrait du manuel de géographie et des sanctions contre les responsables « quelle que soit leur échelle». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les islamistes font feu de tout bois
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair