formats

Les «disputes» de Raymond Lulle revisitées

Publié le 12/10/2016, par dans Non classé.

Faisant partie des 50 manifestations programmées dans le monde dans le cadre du Llull Year, ce colloque international dédié aux Dialogues méditerranéens est organisé sous la férule du Groupe d’études sur l’histoire des mathématiques à Bougie médiéval (Gehimab), en collaboration avec le gouvernement de la Catalogne, l’institut Raymond Lulle Barcelone et de Palma de Majorque, l’Institut des études sur les Baléares et l’Institut européen de la Méditerranée (IEMed).

Le philosophe catalan du XIVe siècle Raymond Lulle a fait l’objet d’un colloque international, les 10 et 11 octobre à Béjaïa, visant à mettre la lumière sur ses « disputes» avec les oulémas de Béjaïa, ayant eu lieu en l’an 1307, et ce, en vue « d’amorcer une réflexion sur les rapports entre l’histoire et l’actualité, en prenant pour point de départ les liens étroits qui, à l’époque des ‘‘disputes », se tissaient déjà entre les deux rivages méditerranéens en matière scientifique, culturelle et commerciale, malgré la diversité des cultes et les rapports de force en présence».

Faisant partie des 50 manifestations programmées dans le monde dans le cadre du Llull Year, ce colloque international dédié aux Dialogues méditerranéens est organisé sous la férule du Groupe d’études sur l’histoire des mathématiques à Bougie médiévale (Gehimab), en collaboration avec le gouvernement de la Catalogne, l’institut Raymond Lulle Barcelone, Palma de Majorque, l’Institut des études sur les Baléares et l’Institut européen de la Méditerranée (IEMed).

En plus de spécialistes algériens, tunisiens, italiens et espagnols de Raymon Lulle, qui ont animé des conférences, le colloque a vu aussi la participation de personnalités algériennes et étrangères investies, entre autres domaines, dans la religion, la philosophie et l’histoire, invitées à une table ronde sur la thématique des « Disputes».

Au programme aussi une sortie en mer pour visiter la caverne de Raymond Lulle, à la pointe du cap Carbon, où le philosophe catalan a séjourné pendant 6 mois, mais celle-ci a été annulée, a indiqué le professeur Djamil Aissani, organisateur du colloque, pour cause de conditions météorologiques défavorables. A la place, les participants ont été invités à une sortie sur les sites historiques de la ville de Béjaïa.

Pour revenir à Raymon Lulle, il a déjà été au centre de plusieurs rencontres scientifiques en 1997, 2003, 2007…, selon le professeur Djamil Aissani. Le philosophe passe à l’unanimité pour un savant qui a beaucoup voyagé, non seulement à l’intérieur de l’Europe, mais aussi au-delà des frontières sud de celle-ci, à Béjaïa et Tunis notamment, où « il tirait sa connaissance de la réalité musulmane».

Mais ce pour quoi il est le plus connu, c’est son sens à privilégier la voie du dialogue à une époque où les guerres de religions et entre les régions méditerranéennes faisaient rage. « C’est pour nous l’occasion de réfléchir sur cette figure catalane, surnommée ‘l’homme du dialogue’, et qui a parcouru 15 000 km à travers la Méditerranée», a déclaré le président de l’institut général Raymond Lulle, lors de la cérémonie d’ouverture du colloque.

Le président de l’Institut méditerranéen a estimé, pour sa part, que « malgré le contexte et les clichés de l’époque, avec ce personnage universel et philosophique, les contacts et le dialogue entre les deux rives de la Méditerranée étaient à l’ordre du jour». Pour l’orateur, ce personnage, qu’on surnommait « Arabicus Christianus», et dont plusieurs œuvres ont été écrites en arabe, doit pousser à réfléchir « à encourager des projets de connaissances mutuelles et de promouvoir les échanges et le dialogue entre les cultures dans le cadre d’une union méditerranéenne».

Abondant dans le même sens, le président du Haut Conseil islamique a soutenu que « l’Algérie a toujours été une terre de pardon et de dialogue et l’islam une religion de tolérance et de pardon, contrairement à l’image avilissante que certains veulent en donner aujourd’hui», allusion aux terroristes qui commettent des attentats au nom de la religion musulmane.

A ce jour, de l’avis des scientifiques, on ignore les noms des savants ayant été en contact avec Raymond Lulle, et ses travaux à Béjaïa sont « difficiles à cerner» à cause de leur disparition suite au naufrage de son bateau après avoir quitté Béjaïa. En ce qui concerne la nature de ce contact, y compris avec la population et les autorités locales, les avis divergent. Si pour certains « Lulle a pu travailler en toute liberté à Béjaïa», d’autres, au contraire, font état de « disputes» qui ont dépassé le cadre du dialogue. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les «disputes» de Raymond Lulle revisitées
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair