formats

Les dégâts occasionnés devraient nous inciter à aborder autrement la question de l’urbanisation

Publié le 26/08/2016, par dans Non classé.

Vous dites que vous avez personnellement constaté les dégâts causés par le dernier débordement de oued Tamanrasset. Peut-on connaître votre bilan ?

Les pluies saisonnières qui surviennent habituellement entre juin et août à Tamanrasset permettent la préservation de la faune et de la flore et participent au maintien du système écologique et climatique de toute la région de l’Ahaggar. Mais celles de cette saison ont été particulièrement abondantes et ont provoqué des crues violentes qui ont occasionné des dégâts, notamment dans la ville de Tamanrasset où plusieurs quartiers ont été affectés, particulièrement ceux situés en bordure de l’oued, tels que Gataâ El Oued, Tahaggart et Tabrakkat. Certaines constructions de ces quartiers ont été partiellement ou totalement détériorées par la force du flux des eaux. Il s’agit principalement de constructions datant de moins de 30 ans, réalisées soit dans le lit de l’oued ou très proches de ses bordures, ce qui a d’ailleurs contribué à l’accélération du flux et par conséquent accentué les dégâts.

Selon vous, que faut-il faire pour se prémunir contre ces dégâts ?

Dans un premier temps et au vu des premiers constats effectués après le passage des oueds, les trois ponts qui relient la rive gauche de la ville à sa rive droite semblent avoir été impactés par les crues, car les ravinements ont déterré une grande partie des fondations. Une expertise doit immédiatement être effectuée afin de vérifier la stabilité et l’intégrité structurelle des ponts. Aussi, un monitoring régulier et intensifié des structures des ponts doit être réalisé en permanence tout au long de l’année afin d’assurer et améliorer la sécurité. La consolidation des structures devra être étudiée et envisagée. Les constructions et murs de soutènement érigés en bordure des oueds doivent également faire l’objet d’une expertise et de consolidation, si nécessaire.

Vous dites que la question de l’urbanisation de Tamanrasset doit être revue, car elle est en partie, selon vous, responsable des dégâts causés par les oueds. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Les dégâts occasionnés par les oueds de Tamanrasset devraient nous inciter à aborder autrement la question de l’urbanisation de la ville, notamment des zones limitrophes des oueds. Il faut penser à une approche plus réfléchie afin de freiner le processus d’urbanisation à outrance et inscrire les futures opérations dans une véritable stratégie basée sur une étude globale des besoins effectifs de la ville et de ses spécificités géologiques et climatiques. Les deux oueds qui traversent la ville de Tamanrasset sont des composantes urbaines et paysagères indissociables des tissus urbains. Il est très important que leur morphologie soit respectée afin d’éviter d’éventuels dégâts. Une opération de valorisation des berges et des lits des oueds devra être intégrée dans l’aménagement urbain à travers la création d’espaces verts et de loisirs quasi inexistants dans notre wilaya. Cette prise en charge des oueds devra aussi inclure le volet environnemental, car les lits des oueds sont devenus des sources de pollution considérables.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les dégâts occasionnés devraient nous inciter à aborder autrement la question de l’urbanisation
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair