formats

«Les chômeurs n’ont plus aucune raison d’occuper la rue»

Publié le 19/08/2017, par dans Non classé.

Comment s’effectue la répartition des offres avec El Wassit ?

Nous avons un service dédié aux offres qui réceptionne et dispatche les offres sur les 12 agences locales implantées dans les daïras. Le chef-lieu de la wilaya en compte deux. L’opération dépend du nombre d’inscrits au niveau de chaque agence. Certaines comptent 2000 demandeurs, d’autres dépassent les 15 000. Il arrive que l’une d’elles décline des offres spécifiques et les répercutent sur d’autres au cas où les profils demandés sont inexistants. Le logiciel El Wassit permet cette opération de repartage via le profilage.

Dans la plupart des cas, les bulletins sont réaffectés aux agences pour les remettre en main propre aux candidats retenus, mais le traitement est différent pour les entreprises nationales qui enregistrent une demande trop forte par rapport à l’offre. Il a donc été convenu que l’agence de wilaya se charge de transmettre les bulletins visés directement aux entreprises qui nous informent par la suite du listing des candidats retenus et des dates de passage des tests.

L’agence publie les offres, les listings et les plannings de test par affichage dans les agences et via les réseaux sociaux qui fait office de convocation au test. L’entreprise organise les examens professionnels d’embauche et nous informe des résultats. Elle convoque les lauréats. Lorsqu’un candidat est orienté vers un test d’embauche, il est automatiquement suspendu via le logiciel El Wassit. C’est pour cela que les recalés reviennent vers nous pour postuler à de nouvelles offres.

Les chômeurs répètent inlassablement que cette transparence affichée est feinte et que les postes les plus intéressants sont répartis sous le comptoir ?

Le chemin le plus simple pour les concernés est de constater les dépassements, de les étayer de preuves et de se plaindre aux autorités et à la justice le cas échéant. C’est ainsi que les fauteurs payeront si la preuve en est donnée. Le fait est qu’aucun dossier n’a été remis à la justice et que les contestataires occupent la rue et continuent à porter des accusations arbitraires. Des erreurs peuvent survenir spontanément, elles peuvent être préméditées, nous sommes des humains et la justice est là pour trancher en cas de dépassement. Mais il se trouve que les erreurs ne sont pas aussi nombreuses qu’on veut le faire croire, que les postes recherchés par les jeunes sont rares et suscitent des tensions supplémentaires vu la demande.

Beaucoup d’entre eux ne réfutent pas la transparence de l’opération, les autres ne savent tout bonnement pas comment les choses se passent et préfèrent rester dans le camp des accusateurs. Il y a parfois un refus de comprendre par habitude, des ouï-dire et de la manipulation aussi. L’Anem n’est pas non plus dans le déni, nous reconnaissons des erreurs et des dépassements par le passé, mais les choses ont changé en mieux malgré les pressions et la sensibilité du dossier. Il faut souligner que la dernière wilaya à avoir adhéré au dispositif informatisé d’El Wassit est bien Ouargla qui enregistre une spécificité en la matière. Ailleurs, les insuffisances ont été comblées au fur et à mesure de son application.

Pourquoi, à votre avis, El Wassit est-il autant contesté ?

Ceux qui le dénigrent sont ceux qui n’ont pas de qualification. Pour ma part, j’ai toujours expliqué aux demandeurs que j’ai reçus qu’El Wassit est bien au contraire une sécurité pour eux. C’est le moyen sûr de donner une priorité à la main-d’œuvre locale en toute transparence et sous contrôle. Le système informatique permet la traçabilité de toutes les opérations, y compris celle de l’inscription initiale du demandeur d’emploi où l’agent qui saisit les données doit détenir un visa. Cela nous a permis d’assainir nos listes manuelles avec délivrance de cartes bleues et de mieux contrôler l’inscription au fichier national de demandeurs d’emploi.

Les anciennes cartes étaient souvent falsifiées sans aucun dossier de fond permettant de vérifier la véracité des informations, la résidence du demandeur, son background. Je peux vous dire, qu’à présent, tout est traçable, les autorités, la justice, le ministère de tutelle peuvent contrôler à la minute toute l’opération et savoir qui a fait quoi. Je ne comprends pas que l’on conteste un moyen aussi performant de gestion transparente. A titre d’exemple, les chômeurs ont toujours soutenu que l’Anem procédait à des orientations multiples et fictives.

Oui, je le concède, on pouvait orienter un candidat 20 fois ou ne pas le faire et personne ne pouvait le prouver. Désormais, le système permet de revoir l’historique complet du candidat, de sa date d’inscription à son embauche en passant par ses orientations, ses tests, ses échecs et ses réussites, voire même s’il refuse un poste qui lui a été proposé. Toutes les statistiques existent, on peut désormais avoir des indicateurs réels de l’offre, de la demande, des profils demandés et non demandés, des profils existant et ceux rares ou introuvables. Le marché de l’emploi est de rectifier les stratégies et s’inscrire dans une démarche prospective.

La rue est en ébullition, les lenteurs et l’opacité des opérations pointées du doigt. Pourquoi ?

La congestion est causée par l’offre elle-même. l’Ensp, l’Enafor, l’Entp sont tellement convoités et parce qu’il existe encore une culture du désordre, de la contestation, du bouche-à-oreille, celle qui poussait le chômeur à se ruer vers l’agence de l’emploi pour s’inscrire de gré ou de force à chaque offre. Les uns par passe-droit d’autres en faisant du tapage. Une ambiance de chaos général qui a régné de 2004 à 2010 et où les insuffisances de la gestion des offres n’a pas permis d’instaurer un climat de confiance et de sérénité ni de gérer l’emploi avec le sérieux et l’efficience voulus.

Vous reconnaissez donc qu’il existait avant février 2016 des dérives ayant logiquement poussé les chômeurs à occuper la rue ?

Sur le plan juridique, je suis encore convaincu que s’ils avaient eu la moindre preuve, les contestataires auraient saisis la justice depuis longtemps. Mais je vous concède que la gestion caduque a nourri la grogne. Une grogne qui n’a plus lieu d’être puisqu’El Wassit, généralisé à toutes les agences de la wilaya depuis octobre 2016, a instauré une transparence et une Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Les chômeurs n’ont plus aucune raison d’occuper la rue»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair