formats

Les boulangers menacent

Publié le 08/02/2017, par dans Non classé.

Les boulangers sont en grève à Annaba pour réclamer une révision à la hausse de leur marge bénéficiaire, en raison, arguent-ils, de l’augmentation des charges et des coûts de revient de leurs produits. Les professionnels d’autres régions du pays posent la même problématique et risquent de se joindre à la protestation.
Les boulangers montent au créneau. Pour éviter l’augmentation du prix du pain, ils revendiquent, à travers l’Union nationale des boulangers et l’Association nationale des commerçants algériens (Anca), l’augmentation de 20% de leur marge bénéficiaire, jugée « obsolète» actuellement, vu l’augmentation des tarifs d’électricité et des ingrédients entrant dans la panification.

La revendication de l’augmentation du prix du pain constitue une des revendications principales des représentants des boulangers depuis quelques années. Si son prix est fixé par décret à 7,50 DA depuis 1996, la baguette est vendue à 10 Da, le prix de revient est, lui, entre 14 et 15 Da, selon les boulangers qui sont montés au créneau à maintes reprises pour revoir à la hausse ce tarif.

Pour l’Anca, ces artisans argumentent leur revendication par les augmentations ayant touché les tarifs d’électricité et les ingrédients de la production du pain qui ne se compose pas uniquement de la farine subventionnée. Le gouvernement, qui a à maintes reprises proposé des moyens de subvention pour éviter toute fronde concernant le prix de cet aliment indispensable pour la majorité des Algériens, est rattrapé encore une fois par les lacunes de la politique des subventions qui ne réalise pas l’objectif tracé.

Or, comme l’ont dénoncé les boulangers, la subvention du pain sert aussi à la production de la viennoiserie, de gâteaux et d’autres pâtes alimentaires industrielles au détriment du Trésor public. Ceci au moment où, selon M. Boulenouar, président de l’Anca, 4000 boulangers ont mis la clef sous le paillasson ou ont changé d’activité, « alors qu’ils l’ont héritée de plusieurs générations».

« Le ministère du Commerce est aujourd’hui interpellé pour décider du sort des 14 000 boulangeries, fonctionnant avec registre du commerce, et 6000 autres gérées par des artisans», souligne le représentant de l’Anca. Le ministère du Commerce avait promis de nouvelles mesures pour améliorer les marges bénéficiaires des boulangers sans avoir à augmenter le prix de l’unité, mais aucune mesure concrète n’a été proposée.

La Fédération nationale des boulangers, relevant par le passé de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), avait proposé une série de mesures pour améliorer leurs marges bénéficiaires. Le syndicat a évoqué, entre autres, l’emploi de la farine panifiable utilisable uniquement pour la fabrication du pain et éviter le détournement de la subvention. Les boulangers proposent aussi la subvention d’une partie de la facture d’électricité.

Une commission mixte composée de représentants des ministères du Commerce, des Finances et de l’Agriculture ainsi que de la Fédération nationale des boulangers, l’Office national professionnel des céréales, entre autres, a été installée l’an dernier pour évaluer le véritable coût de la baguette de pain et décréter les mesures, mais à ce jour, les recommandations sont restées sans suite. A rappeler que les Algériens consomment quotidiennement plus d’un million de baguettes de pain. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les boulangers menacent
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair