formats

Les Algériens préparent la grande évasion

Publié le 20/05/2017, par dans Non classé.

C’est la fin du printemps. C’est aussi l’heure de penser aux vacances, les senteurs des premières brises marines commencent à se rapprocher. Les uns choisiront l’évasion totale en allant aussi loin que possible, les autres les plages à proximité.
Quelles sont les grandes tendances des destinations des Algériens cet été ? La crise a-t-elle modifié le comportement des voyageurs en termes de fréquence et de destinations étrangères ? « L’été 2017 ne dérogera pas à la règle et comme les précédentes années, les destinations du bassin méditerranéen seront les plus prisées pour l’estivant algérien.

En volume, dans le Top 3, il y aura la Tunisie, suivie de la Turquie (Antalya et Istanbul principalement) et talonnée par l’Espagne», affirmeNabil Ferhat, directeur commercial à Four WindsTravels. Selon lui, d’une manière générale, « la crise n’a pas impacté le volume de voyageurs, bien au contraire il y a croissance. Par contre, certaines destinations de loisir ou d’affaires peuvent être impactées momentanément ou pour une période plus importante.» A titre d’exemple, la destination Chine au départ d’Algérie a vu une baisse importante suite aux nouvelles mesures d’importations ainsi que la baisse du flux des travailleurs chinois. Slimane Seba, voyagiste et directeur de la revue Tourisme Magazine, pense de son côté qu’il est illusoire de définir une tendance de voyages en Algérie en l’absence de statistiques, d’informations sur le voyage en termes de réservations, d’annulations et de départs effectifs.

D’autre part, « l’absence d’encadrement du voyage par le tour operating rend complexe la tâche de définir ces tendances. 80% de l’activité des voyages échappent au réseau des agences voyages, l’Algérien préférant globalement décider de son voyage au dernier moment en prenant en charge lui-même les aspects liés à la destination choisie pour les vacances.» Ainsi, selon lui, « nous ne pouvons, de ce fait, nous référer qu’au constat de l’année précédente qui a vu un départ massif des Algériens vers la Tunisie et accessoirement le Maroc, la Turquie et l’Egypte.» Aucun élément ne semble indiquer que cette tendance changera, même si les Algériens sont de plus en plus nombreux à obtenir le visa d’entrée dans l’espace Schengen. C’est cela qui a fait, du reste que l’Espagne a drainé près de 7% des sorties annuelles. Selon ses analyses, « la crise n’a pas eu d’impact jusque-là.

Nous nous ferons une idée de l’impact de la crise sur les vacances des Algériens à la fin de l’année en termes de sorties et de destinations. L’offre nationale absorbera sans aucun doute une demande supplémentaire par rapport à 2016 compte tenu des nouvelles réalisations en termes de lits hôteliers du fait notamment de l’investissement privé. Mais cette offre restera bien évidemment très en deçà des besoins des Algériens.» Comme chaque année, les compagnies aériennes ont mis le paquet. L’année 2017 a vu l’offre de sièges des transporteurs augmenter sensiblement par rapport à 2016. Soit par de nouvelles compagnies et destinations ou par l’augmentation de fréquences ou de types d’appareils. Il est vrai que certaines compagnies aériennes utilisent de plus en plus des appareils gros porteur sur des trajets moyen-courrier.

Globalement, l’industrie du transport aérien contribue au développement d’un pays et afin de promouvoir efficacement une destination, il est impératif d’associer plusieurs intervenants tels que les offices de tourisme, les établissements hôteliers ou tours opérateurs. Dans cette synergie, la compagnie aérienne a un rôle primordial à jouer, mais uniquement en associant les actions des autres intervenants.
L’Algérien est de plus en plus sensible au prix lorsqu’il s’agit de choisir une compagnie aérienne.

« Comme vous avez sûrement dû le constater, il y a de plus en plus de promotions tarifaires de la part des compagnies aériennes établies en Algérie. La majeure partie des passagers algériens seront évidemment sensibles au critère tarifaire, mais pas au détriment de quelques fondamentaux que sont la ponctualité, le programme de fidélisation et bien sûr la sécurité», précise Nabil Ferhat. Il faut savoir que le tarif TTC que paie le client est composé du tarif HT, taxe carburant (qui n’en est pas une mais plutôt un revenu pour la compagnie), la taxe aéroport algérien et la taxe aéroport de destination.

Mais en observant le paysage du ciel algérien, on ne peut pas ne pas relever un certain nombre de remarques. Il est anormal que certaines compagnies (Qatar Airways, Royal Jordanian) qui n’ont pas de marché de ou vers l’Algérie aient autant de nombres de vols en gros porteurs. La première victime est la compagnie nationale Air Algérie, car celles-ci ont comme premiers marchés Djeddah, Dubaï, des destinations où la compagnie nationale a perdu des parts de marché au profit de certaines compagnies étrangères. L’Algérie devrait s’inspirer du cas canadien qui ne délivre les nombres de fréquences que par rapport au potentiel existant entre les deux destinations et non pas des destinations qui mettent en péril le pavillon national. La question qui se pose est la suivante : avons-nous une stratégie dans ce sens ?

Les sorties hors du territoire en constante augmentation

2,13 millions en 2013, 2,83 millions en 2014 et 3,6 millions de sorties en 2015, soit une augmentation de 26% entre 2014 et 2015. Les dépenses en devises, entre dépenses directes et indirectes de vacances se situeraient approximativement autour de 1,4 milliard d’euros qui s’évaporent sous d’autres cieux. Par contre, le nombre d’entrées était comme suit : 2,73 millions en 2013, 2,30 millions en 2014 et 1,7 million en 2015, soit une diminution de 26% entre 2014 et 2015. 7 millions de nuitées ont été enregistrées dans les hôtels classés en 2014. 584 projets touristiques sur les 1600 agréés par le ministère de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat sont en cours de réalisation à travers le territoire national.

Ce qui représente un investissement global de 664 milliards de dinars, pour une capacité d’accueil de 194 916 lits. 54 projets sur les 180 agréés par le ministère sont en cours de réalisation à Alger. Le nombre de lits disponibles à Alger est de 19 000, un chiffre appelé à augmenter pour atteindre les 25 000 lits fin 2017. Le directeur du tourisme de Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les Algériens préparent la grande évasion
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair