formats

«L’emprunt obligataire permettra au FCE de blanchir son argent»

Publié le 16/03/2016, par dans Non classé.

Seul le peuple peut faire bouger les choses car il ne faut rien attendre des partis politiques», a estimé M. Rebaïne lors de la conférence de presse qu’il a tenue hier au siège du parti, à Alger.
Une déclaration qui va apporter de l’eau au moulin de ceux qui ont toujours attaqué l’opposition sur son incapacité à peser sur le cours des événements. Fawzi Rebaïne, qui partage ce constat, n’a jamais caché le peu d’estime qu’il portait à certains responsables de partis accusés d’avoir copiné avec le régime, avant de se découvrir une âme d’opposant. « Les opposants d’aujourd’hui ont la plupart fait partie du pouvoir par le passé», affirme celui qui aime à rappeler son parcours politique. Débuté dans les années 1980, son militantisme lui valut une arrestation et un emprisonnement à la prison de Berouaghia pour « atteinte à la sûreté de l’Etat».

Si l’ancien Premier ministre de Bouteflika, Ali Benflis, était l’une de ses cibles favorites, aujourd’hui c’est au tour de Mouloud Hamrouche d’être au centre de ses attaques. L’ancien chef de gouvernement, dont les propos sont à chaque fois décortiqués et commentés dans la presse, est présenté comme une « solution possible» à la situation actuelle. Certaines informations font état de contacts avec des proches du Président pour lui faire endosser l’habit d' »homme du consensus». Cette éventualité n’est pas du goût du président de Ahd 54.

L’ancien candidat à la présidentielle a sa petite idée sur la partition qui se met en place dans les cercles du pouvoir. « Ce sont des proches du Président qui ont actionné leurs réseaux en faveur de M. Hamrouche», estime-t-il, avant de porter l’estocade contre l’ancien chef de gouvernement de Chadli : « Comment voulez-vous que des politiques qui ont occupé des postes de responsabilité au sein du régime peuvent aujourd’hui être perçus comme des hommes providentiels ?» Et d’avertir : « S’ils continuent comme cela, ils vont mener le pays au pourrissement.» Les dernières initiatives économiques du gouvernement sont dénoncées par Fawzi Rebaine. Ainsi, le lancement de l’emprunt obligataire est « voué à l’échec, selon le président de Ahd 54, car personne n’a confiance en ce régime».

Pour lui, cet emprunt mis en place permettra aux membres du FCE de « blanchir leur argent» tout en continuant de bénéficier de « l’argent des pouvoirs publics». Si l’ancien candidat à la présidentielle de 2014 n’est pas contre un débat ouvert avec Amar Saadani si « celui-ci était mandaté officiellement par le président de la République», il estime par contre que les déclarations du premier responsable du FLN ne sont qu’un écran de fumée « destiné à gagner du temps afin d’éviter d’aborder les vrais problèmes qui minent le pays». Seul satisfecit accordé par Fawzi Rebaïne au régime : sa position sur le Hezbollah. Il estime que « celui qui prend les armes et meurt en martyr pour la Palestine ne peut pas être considéré comme terroriste». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «L’emprunt obligataire permettra au FCE de blanchir son argent»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair