formats

Législatives : Des permanences dans des baraques illicites à Boumerdès

Publié le 18/04/2017, par dans Non classé.

Dans la wilaya de Boumerdès, les candidats aux prochaines législatives usent et abusent de tous les moyens dans l’espoir de s’adjuger une place au Parlement.
Certains font même campagne à l’intérieur des mosquées, alors que d’autres louent des cafés à longueur de journée où ils tendent des « embuscades» et organisent des réunions pour convaincre les éventuels électeurs du bien-fondé de leur cause. Dans la commune de Hammadi, un candidat sur la liste d’un nouveau parti est allé jusqu’à livrer du lait gratuitement aux citoyens, démontrant sa disponibilité à faire du bien afin de gagner leur confiance en prévision du jour j.

Au centre-ville des Issers, ce sont les baraques illicites où l’on vendait du tabac et des cacahuètes qui font office de permanence de campagne pour certains partis. C’est le cas du PEP de Naïma Salhi, de l’Alliance de l’Algérie verte et de l’UND de Mahfoud Graba dont la liste est drivée au niveau local par Sid Ali Belaid, un richissime homme d’affaires qui a échoué à deux reprises aux sénatoriales.

Erigées entre les blocs d’habitation et des monticules d’ordures, ces baraques en zinc ont changé de look du jour au lendemain. Mais le commun des mortels a vite fait sa propre opinion sur les nouveaux occupants des lieux. « Il n’y a rien à attendre d’un candidat à la députation qui, au lieu de dénoncer ces constructions illicites, trouve du plaisir à y avoir ses quartiers», estime Djilali Nebhi, un commerçant de la ville.

Candidats chahutés

Chahutés lors des meetings, les prétendants à la députation préfèrent la campagne de proximité. « Les gens boycottent les meetings car ils ne font plus confiance aux politiques. Nous, nous préférons aller à leur rencontre lors des fêtes, dans les stades ou les mosquées», avoue un militant de l’ANR qui tient une permanence au boulevard principal de la ville de Bordj Menaïel. La liste du parti contient trois femmes dont les visages n’apparaissent pas sur l’affiche.

Un représentant du parti des jeunes, lui, parle de l’échec des partis à gagner la confiance des électeurs. « Le peuple est conscient. Il en a marre de la politique. La pomme de terre est à 100 DA, comment voulez-vous qu’il aille voter», estime-t-il. Qu’en est-il du programme de son parti ? « Nous n’avons pas de programme, mais on va ramener quelques exemplaires dans les jours à venir», a-t-il indiqué.

Ainsi, hormis les candidats du FLN qui ont édité un journal contenant les grands axes de leur programme au niveau local, les autres candidats se sont contentés des dépliants confectionnés par les directions centrales. Des documents remplis de généralités et d’engagements irréalistes ne relevant nullement des missions du député.

A Naciria, une région frondeuse où le taux de participation aux dernières législatives n’a pas dépassé 21%, seuls trois partis ont ouvert des permanences. Les meetings organisés par le FFS et le RND ont failli mal tourner après l’ouverture du débat. Samedi dernier, le représentant du Forum de l’Algérie de demain s’est vu contraint de quitter le village agricole précipitamment après avoir été mis à mal par des jeunes qui ont douté de la sincérité de son discours. Le discours véhiculé par la plupart des candidats est axé aussi bien sur les méthodes à utiliser pour s’adjuger autant de voix que par les solutions à apporter pour améliorer le vécu des Algériens.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Législatives : Des permanences dans des baraques illicites à Boumerdès
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair