formats

Le stress chronique évolue vers la dépression

Publié le 21/11/2016, par dans Non classé.

Outre le stress dû à la conduite elle-même qui exige une vigilance permanente, les mauvaises conditions du trafic routier exposent à un risque explosif de stress chronique les conducteurs.
Les bouchons provoqués sur les axes routiers venant de la région ouest d’Alger ces dernières 48 heures, suite à l’effondrement survenu sur l’axe autoroutier de Ben Aknoun, à Alger, vendredi soir, ont suscité l’énervement et l’épuisement de nombreux automobilistes. « Entre samedi et hier, j’ai dû passer plus de 10 heures dans la voiture. Ce qui m’a d’ailleurs fatigué et épuisé malgré le repos du week-end.

Il m’est très difficile d’entamer la semaine de travail», nous confie un chef d’entreprise qui avoue ne plus supporter ces embouteillages, d’ailleurs subis tous les jours, en plus de l’incivisme des conducteurs parfois violents. « Un trajet que je fais d’habitude en une heure, aujourd’hui (hier, ndlr) j’ai dû passer 3 heures pour arriver à mon lieu de travail. La journée a été difficile pour moi. D’ailleurs, je n’ai rien pu faire. Tout mon programme a été chamboulé», déplore une fonctionnaire.

Alger est aujourd’hui impraticable, vu le nombre de voitures qui y circulent sans que de nouveaux plans ne viennent remédier à cette situation inconfortable. Laquelle a des conséquences sur la santé des automobilistes, contraints de prendre matin et soir le volant. L’exposition à ce type de « dommages» qui s’installent à la longue peut provoquer une atteinte psychologique car, explique un psychiatre, « le mécanisme d’une situation de stress chronique évolue systématiquement vers une dépression.

Ce type d’inconfort doit être sérieusement pris en charge si on veut réellement préserver la santé de la population. Il est donc impératif de revoir le système sociétal qui ne fonctionne que par la violence». Et de déplorer que les situations d’incivisme conduisant à des drames sur les routes trouvent refuge dans le fatalisme.

Ce stress, alimenté par d’autres problèmes liés par exemple au travail, à des problèmes familiaux et autres, a également des conséquences sur la santé, telles que le manque de sommeil, les maladies cardiovasculaires, l’ulcère, les accidents vasculaires cérébraux (AVC), etc. Pour les spécialistes, l’organisme doit faire face à ces agressions tout en essayant de se déstresser.

Avant de prendre le volant afin d’être dans les meilleures conditions physiques et intellectuelles, il est indispensable d’avoir une bonne nuit de sommeil (7 heures), de l’activité physique, le temps de prendre un bon petit déjeuner afin de commencer une journée professionnelle.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le stress chronique évolue vers la dépression
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair