formats

«Le soutien de la France au Maroc devient nuisible aux intérêts diplomatiques de l’Algérie»

Publié le 11/04/2016, par dans Non classé.

Diplomate de carrière, ancien ministre, Abdelaziz Rahabi décortique, dans cet entretien, les relations algéro-françaises qui, selon lui, n’arrivent pas à avoir cette dimension stratégique. Entre la France et l’Algérie, dit-il, il y a une rupture de confiance en raison des attitudes inamicales exprimées dans le traitement des questions liées au Sahel et au Sahara occidental.
– La visite à Alger du Premier ministre français, Manuel Valls, intervient sur fond de crise notamment avec l’affaire Panama Papers qui éclabousse le ministre de l’Industrie, Abdessalem Bouchouareb. Quelle analyse faites-vous ?

Je pense que cette crise n’est pas liée à la conjoncture actuelle, mais plutôt au fait que les relations algéro-françaises n’ont pas su dépasser la dimension économique et commerciale. Avec la Déclaration d’Alger de décembre 2012, nous pensions que cette dimension humaine et stratégique allait être prise en compte, malheureusement cela n’a pas été le cas. Les relations algéro-françaises donnent l’impression d’être essentiellement portées sur le volume des échanges commerciaux.

– Cette relation est passée quand même à une étape assez importante depuis la convalescence du président de la République à l’hôpital militaire Val-de-Grâce, à l’été 2013…

Le président Bouteflika a fait des relations avec la France l’axe principal de sa propre politique intérieure. Fragilisé à l’intérieur, il avait du mal à commercialiser la violation de la limitation des mandats en 2009, il avait besoin d’utiliser la diplomatie comme une arme de politique intérieure, d’être fort et d’exister politiquement sur le plan international pour en faire un contrepoids dans ses relations avec l’armée. Il est allé jusqu’à évoquer ses mauvaises relations avec l’institution militaire lors d’une réunion du G8, au Canada.

– Pour revenir aux relations algéro-françaises, que cache cette crise entre les deux pays ?

Je ne pense pas qu’il y ait une crise. Il s’agit plutôt du cycle le plus long des relations algéro-françaises. A l’époque de Sarkozy, il n’y avait pas de confiance entre ce dernier et Bouteflika. C’était réciproque. François Hollande a introduit cette confiance qui n’existait pas. Cela a beaucoup servi pour les relations économiques et sociales, mais aussi à normaliser des relations qui ne l’ont jamais été durant toute l’histoire commune…

– Y compris durant les mandats de Jacques Chirac ?

En fait, Chirac est le seul président qui aurait été capable de donner une dimension stratégique aux relations entre les deux pays parce qu’il connaissait l’Algérie. Je pense que l’occasion ratée entre l’Algérie et la France a été celle de Chirac. Malheureusement il a été doublé par l’extrême droite, qui a présenté une loi très compromettante. Le risque serait de faire des relations algéro-françaises un problème de politique intérieure.

Avec ce procès qu’on fait au journal Le Monde, nous sommes en train de transformer un manquement de la presse en un problème diplomatique avec la France. Le Monde a apporté les précisions nécessaires et présenté ses regrets aux autorités algériennes. Cette affaire ne devrait pas constituer un motif de crise entre les deux pays. Les dirigeants algériens se comportent avec la presse étrangère comme ils se comportent avec celle de leur pays. Ils sont plus préoccupés par leur image que par celle de l’Algérie.

Par expérience professionnelle, le seul chef d’Etat préoccupé par l’image du pays a été le président Liamine Zeroual. Ils ont un ego démesuré. A chaque fois qu’un article les concerne, c’est toute l’Algérie, qui se met à leur service. Cela a été le cas avec Chakib Khelil. Tout l’appareil algérien a été mis à son service pour le défendre. On a confondu l’Algérie avec Chakib Khelil.

– Ne pensez-vous pas que cette tension a une relation avec les luttes de succession au sommet de l’Etat ?

Je ne crois pas à la théorie du complot. Je crois plutôt à notre incapacité à nous prémunir des nuisances étrangères. L’agenda démocratique dans le Monde arabe a été retardé de 50 ans sous prétexte que nous étions en guerre contre Israël, alors que depuis 1973, personne n’a tiré une balle. Si vous voulez retarder la démocratie, il n’y a pas mieux que d’évoquer l’ennemi extérieur. Ce dernier a le bras long lorsque notre propre bras est court.

Ramenée à la vie politique en France, l’affaire de Bouteflika avec la presse française est un fait divers. Mais ramenée à l’Algérie qui n’a pas de rendez-vous politique, elle devient un fait de débat national. Regardez l’affaire Chakib Khelil, ce n’est qu’un fait divers transformé en débat national. Chakib Khelil est revenu en Algérie parce qu’il sait que c’est le seul pays où il ne peut pas être inquiété parce qu’il a des protections politiques. Chakib Khelil est l’expression même de la déliquescence de l’Etat.

Après l’instrumentation de la justice, maintenant on passe à l’instrumentalisation des zaouïas. Résultat : Chakib Khelil donne une piètre image du pays qu’il prétend servir. Son affaire est un déni de droit. La seule autorité qui aurait dû agir est la justice. Cela n’a pas été fait parce qu’elle obéit aux politiques…

– Revenons aux relations algéro-françaises. Comment interpréter la mise au point de Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères, à son homologue français sur la question du Sahara occidental ?

Il y a un quiproquo sur cette question. Comme elle n’a pas été inscrite à l’ordre du jour des agendas entre les deux pays, les Français ont cru que cela dénotait une certaine réserve et un désintérêt de la partie algérienne. Or, si l’Algérie n’évoque pas cette question avec la France, c’est parce qu’elle connaît sa position d’alignement avec le Maroc. Même au Conseil de sécurité, l’Algérie approche plus le représentant britannique que celui de la France parce qu’elle connaît sa position intransigeante. La France n’est pas encore sortie de la ligne de Giscard des années 1975. Elle estime que sa seule profondeur en Afrique est le Maroc.

Le ticket algérien est trop cher, la Tunisie est trop petite et la Libye excentrique. Le Maroc, en raison de sa position géostratégique, qui a une seule frontière avec l’Algérie, a une diplomatie insulaire qui a besoin d’être un relais dans le Sahel pour la France et pour les pays du Golfe. Jusque-là, rien n’a fondamentalement changé. Sauf que Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Le soutien de la France au Maroc devient nuisible aux intérêts diplomatiques de l’Algérie»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair