formats

Le Snategs menace de plusieurs actions de protestation à la rentrée

Publié le 22/08/2017, par dans Non classé.

Le bureau national du Syndicat national autonome des travailleurs d’électricité et gaz (Snategs) exhorte les plus hautes autorités à intervenir pour réintégrer 46 délégués syndicaux « licenciés abusivement» par le groupe Sonelgaz.
« Le groupe a recensé tous nos cadres du Snategs et les a sanctionnés. Il y a eu le licenciement du secrétaire général, Kouafi, et de trois membres du bureau chargés de l’organique, des finances et des œuvres sociales. Il y a eu le licenciement des présidents de comité femmes et jeunes, mais aussi tous nos délégués des wilayas et des présidents des sections», signale le secrétaire général du syndicat Mellal Raouf, dans une déclaration à El Watan.

Selon le syndicat, le nombre de victimes d' »abus» au sein du groupe public a dépassé 250 entre syndicalistes et adhérents contraints à des congés forcés de 15 jours et des rétrogradations d’un ou deux échelons, ainsi que des mutations d’office atteignant les 70 kilomètres du lieu de résidence. « Le groupe a licencié le même jour, en juin dernier, au moins 250 travailleurs. Après les conseils de discipline, 46 cadres du syndicat ont été carrément licenciés et les autres ont été différemment sanctionnés», précise Mellal.

Tout en sollicitant les plus hautes autorités du pays à intervenir pour la réintégration de leurs collègues cadres syndicaux, le Snategs exhorte l’Inspection générale du travail à appliquer « scrupuleusement» la loi en activant le processus juridique de protection des délégués syndicaux dans les plus brefs délais. « La loi 90-14 interdit le licenciement des syndicalistes sans notification préalable de leurs organisations respectives. Si des inspections nous ont répondu positivement, d’autres, comme celle de Annaba, n’ont pas accepté les notifications et n’ont même pas reconnu notre syndicat», déplore le secrétaire général.

A défaut d’une prise en charge de ses revendications, le syndicat menace de recourir à des actions de protestation dès la prochaine rentrée. « Nous sommes plus déterminés qu’avant. Il y a eu des actions, en mars, avril et mai, auxquelles ont pris part nos adhérents. Le 20 juillet dernier, notre marche a été réprimée à Béjaïa. Malgré la répression, nous serons encore plus forts dans les prochains mouvements», met en garde Mellal, qui signale qu’à l’IFEG de Blida, des cadres du syndicat ont organisé, hier, une action de protestation. Le Snategs rappelle sa disponibilité à œuvrer à l’ouverture « des portes du dialogue social et la protection du pouvoir d’achat du travailleur et le libre droit syndical en Algérie». « Nous sommes aux côtés de l’intersyndicale dans toutes les actions qu’elle voudra lancer», signale Raouf Mellal. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le Snategs menace de plusieurs actions de protestation à la rentrée
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair