formats

«Le secteur agricole est trop fragile»

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

– Le retard en matière d’apports pluviométriques compromet-il la saison agricole ?

La sécheresse s’exprime ces dernières années de trois façons différentes, à savoir le manque de pluie ou la mauvaise répartition des averses dans le temps et dans l’espace, qui ne coïncide pas avec les stades de croissance végétative, ou carrément les deux phénomènes à la fois. Ce phénomène, qui perdure depuis 10 mois, s’accumule à des périodes de plus en plus fréquentes depuis une vingtaine d’années.

Cette situation vient à un moment où le contexte agricole pose problème, dès lors qu’aucune filière ne se porte bien. Pis, elle échappe au contrôle des pouvoirs publics à partir du moment où les mécanismes d’intervention de l’Etat ne peuvent plus sauver ces dernières. C’est le cas par exemple de la filière lait, qui est totalement dans l’impasse.

– Pourtant, le ministre de l’Agriculture a ordonné l’apport de l’irrigation compensatoire…

En dépit d’une sécheresse qui coïncide avec le début de la campagne labours-semailles, la solution préconisée par le ministère, qui consiste à recommander des apports en irrigation complémentaire, est aléatoire du fait que les barrages remplis au taux de 66% sont destinés en priorité à l’alimentation en eau potable des populations. En plus, ce sont les nappes qui subissent une réduction du volume du fait d’une irrigation traditionnelle non rationnelle engagée dans certaines zones des Hauts-Plateaux.

Cette situation devient de plus en plus délicate, dès lors que des agriculteurs ne possèdent pas d’équipement en vu d’intervenir dans un cadre d’urgence et de façon organisée. Cette situation nous interpelle encore une fois sur la fragilité d’une agriculture par l’absence de vision et la mauvaise exploitation des moyens mis en œuvre par l’Etat.

Cela va engendrer une augmentation effrénée de la facture des importations de produits alimentaires qui coïncide avec la dégringolade des recettes pétrolières. Ce qui n’augure pas de bonnes perspectives à court terme. La sécheresse ne fait qu’apporter une autre problématique à un secteur déjà dans l’impasse, par conséquent, même si les pluies sont importantes, le secteur agricole constitue une charge pour le Trésor public au lieu de produire des richesses.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Le secteur agricole est trop fragile»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair