formats

«Le régime qui n’accepte pas la satire politique est finissant»

Publié le 11/07/2016, par dans Non classé.

Pour la première dame du PT, le régime est en train de scier la branche sur laquelle il est assis et lorsqu’on perd sa base c’est, pour elle, le début du rouleau compresseur.
Le régime qui n’accepte pas la satire et la critique politique est un régime faible et finissant. Malheureusement, c’est le cas de l’Algérie», a attesté la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune. Intervenant à l’ouverture des travaux de la session ordinaire du bureau politique du parti, la première dame du PT a exprimé ses inquiétudes quant à la situation qui prévaut dans le pays et au bord de l’explosion.

Pour Mme Hanoune, « le régime est en train de scier la branche sur laquelle il est assis» et lorsqu’on perd sa base c’est, pour elle, « le début du rouleau compresseur». La leader du PT condamne et déplore l’emprisonnement, 54 années après l’indépendance du pays, de Nora Nedjaï, fonctionnaire au ministère de la Culture chargée de délivrer des autorisations de tournage, des responsables de la chaîne KBC, des journalistes et avocats. « Où va l’Algérie ?

En ce 5 Juillet qui a coïncidé avec la fête de l’Aïd, Nedjaï, Benaïssa, Talmat et Benhadid ont passé la fête en prison alors qu’ils n’ont commis aucun crime. Ils n’ont ni participé à la dilapidation des biens publics ni à la corruption, ils n’ont pas porté atteinte à la souveraineté de l’Etat. Leur seul tort est d’avoir fait leur travail correctement», s’insurge Mme Hanoune, qui regrette qu’il est devenu aujourd’hui très facile de jeter les Algériens en prison.

Une pratique qui est en totale contradiction avec toutes les promesses faites, notamment en matière d’indépendance de la justice. Après le verrouillage du champ médiatique, l’on assiste ces derniers temps, dit-elle, aux restrictions récurrentes des espaces d’expression pacifique, où la répression est devenue le maître-mot. Durant son intervention, Mme Hanoune s’est attardée sur le message adressé par le président Bouteflika au peuple algérien à l’occasion du 5 Juillet et où il fait part des réalisations et des exploits.

Les rédacteurs de ce message décrivent une situation paradisiaque, ce qui a irrité la première responsable du PT : « Est-ce que nous vivons dans une même Algérie ? Toutes les réformes politiques promises ont échoué. Pis, nous assistons aujourd’hui à l’application de contre-réformes. L’adoption de la loi de finances 2016 et le passage en force et dans des conditions difficiles de six projets de loi anticonstitutionnels nous renseignent sur les visées malhonnêtes du gouvernement.» Elle se demande encore une fois si le président Bouteflika est au courant de ce qui se passe en Algérie, notamment en ce qui concerne l’arrestation de personnes innocentes, à l’image du général Benhadid, âgé et de surcroît très malade : « Est-ce que le président Bouteflika est au courant de tous ces dépassements ?

Comment peut-il tolérer ces injustices ?» Mme Hanoune pense que l’Algérie, 54 ans après l’indépendance, est à la croisée des chemins. Même si elle ne nie pas qu’il y a eu quelques avancées, elle ne se fait aucune illusion quant à la régression et au retard enregistrés dans plusieurs secteurs : « Nous disons en toute responsabilité que les incertitudes qui planaient sur notre pays durant l’été 1962 pèsent aujourd’hui sur l’Algérie. Il y a une menace sur sa stabilité.

Notre grand acquis qui est la ‘‘République algérienne » est aujourd’hui, malheureusement, en danger.» Mme Hanoune critique, dans la foulée, le projet de loi sur la santé qui sera soumis prochainement au Conseil des ministres. Une loi qui remet en cause, selon elle, la gratuité des soins. Mais est-ce que cette descente aux enfers est inévitable ? La secrétaire générale du PT ne perd pas espoir. Elle estime qu’il est possible d’arrêter cette saignée. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Le régime qui n’accepte pas la satire politique est finissant»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair