formats

Le RCD craint «une révolte aux conséquences incalculables»

Publié le 09/10/2016, par dans Non classé.

Le conseil national du RCD a brossé un tableau noir de la situation générale du pays.
Dans sa résolution politique rendue publique hier, ce parti de l’opposition démocratique a mis en avant les risques d’instabilité sociale qui pèsent sur l’Algérie. Evoquant le projet de loi de finances 2017 adopté par le Conseil des ministres la semaine dernière, le CN du RCD met en garde contre les « graves troubles sociaux» à cause des effets néfastes de ce projet de loi et de bien d’autres mesures non encore dévoilées sur le pouvoir d’achat déjà fragile des Algériens.

« L’austérité organisée autour des investissements structurants dans la loi de finances 2016 et reconduite avec plus de rigueur dans le projet de la LFC 2017 ne peut que faire le lit d’une révolte aux conséquences incalculables, au vu de la mise au pas de tous les instruments de médiation, des cadres de recours et d’une situation régionale porteuse de dangers et qui mobilise une part importante des moyens de l’Etat», a indiqué ce parti, pour lequel l’Algérie n’est pas loin du contexte des événements tragiques de 1988.

« En ce 28e anniversaire des événements d’Octobre 1988 où l’armée algérienne a tiré sur la jeunesse pour protéger un régime qui a confisqué la souveraineté du peuple par la dictature, tous les indicateurs de la situation du pays indiquent qu’aucune leçon n’a été tirée de cette tragédie», a précisé le conseil national du RCD qui enchaîne en parlant de l’érosion continue du pouvoir d’achat de larges couches de la population sous l’effet conjugué d’une dévaluation du dinar, de l’augmentation des prix de la plupart des produits et des services et de la stagnation des salaires.
Une érosion qui « est annonciatrice de graves troubles sociaux».

Comme argument, le RCD fait état des inquiétudes des populations devant la dégradation des conditions de vie, les difficultés grandissantes de l’accès aux soins, le chômage endémique des jeunes et la démission de l’Etat devant la corruption et les détournements opérés au grand jour. Par ailleurs, le RCD est revenu sur sa décision de participer aux législatives. Les membres du CN ont tenu à rappeler que le RCD a souvent opté pour une participation aux élections « pour avoir une visibilité et une présence dans un moment de doute et de congélation politique qui ne laissait pas d’autre alternative, et pouvoir porter sur le terrain le projet démocratique et donner les réponses justes et adéquates aux revendications citoyennes qui existent dans notre bilan et notre parcours».
Le conseil national du RCD estime, sur le registre des libertés, que « le choix d’une normalisation autoritaire qui couronne l’interdiction des activités publiques des partis de l’opposition, des marches et rassemblements» ainsi que « l’épuration» programmée dans les médias privés ne peut être la solution devant les revendications de liberté, de justice et de démocratie du peuple algérien.

Les fraudes électorales ne suffisent plus, les nouvelles lois organiques promulguées, après l’adoption despotique de la nouvelle Constitution, constituent un premier pas pour la remise en cause du multipartisme. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le RCD craint «une révolte aux conséquences incalculables»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair