formats

Le pouvoir tente de court-circuiter l’opposition

Publié le 16/03/2016, par dans Non classé.

Le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, a annoncé l’organisation du premier meeting de son nouveau front pour le soutien du président Bouteflika, le 30 mars. Les partis proches du pouvoir passent à un autre stade : parasiter les actions de l’opposition.
Le pouvoir et ses proches semblent vouloir court-circuiter l’opposition. Ayant excellé, ces derniers mois, dans les attaques et le dénigrement de toutes les formations politiques qui refusent de leur obéir, les partis proches du pouvoir passent à un nouveau stade : parasiter les actions de l’opposition. Cette nouvelle démarche se confirme avec l’annonce du FLN de Amar Saadani d’organiser le premier meeting de son « nouveau front pour le soutien du président Bouteflika» le 30 mars. Le choix de cette date n’est pas fortuit, visiblement.

Mise en veille prolongée depuis son lancement officiel à la fin de l’année 2015, cette nouvelle coalition, composée majoritairement de ce qui reste des organisations de masse du FLN et quelques partis microscopiques, veut se relancer à l’occasion de la tenue du deuxième congrès de l’opposition devant avoir lieu le même jour à Zéralda. L’objectif annoncé de ce meeting est « de réaffirmer le soutien au président Bouteflika». Mais l’arrière-pensée est toute autre. Il s’agit de tenter de contrer l’action de l’opposition et de réduire, surtout, son impact médiatique.

Car ni Amar Saadani ni le président du parti TAJ, Amar Ghoul, n’ont évoqué la tenue de cette rencontre avant l’annonce officielle de la date de l’organisation du deuxième congrès de l’opposition, dont la préparation a commencé il y a plusieurs semaines. Considérant que l’opposition en général et les partis regroupés dans l’ISCO ainsi que dans la CLTD comme leurs ennemis jurés, les tenants du pouvoir n’hésiteront pas à mettre tous les moyens pour donner un semblant de réussite au meeting du nouveau front de Amar Saadani.

Ainsi, contrairement à l’ISCO qui a peiné pour trouver une salle afin d’organiser ce congrès, le secrétaire général de l’ex-parti unique n’aura aucune difficulté à obtenir le lieu idéal pour sa kermesse. Celle-ci bénéficiera, comme d’habitude, d’une large couverture des médias lourds publics, puisque le sujet du meeting concerne l’affirmation du soutien à l’actuel locataire du palais d’El Mouradia.

En mal d’idées, Saadani verse dans la diatribe

Ce meeting sera aussi mis à profit par le secrétaire général du FLN pour verser à nouveau dans la diatribe, devenue depuis quelques temps l’unique programme de son parti. En mal d’idées en cette conjoncture économique difficile, le pouvoir a chargé ses satellites d’attaquer frontalement les partis d’opposition qui critiquent sévèrement son bilan.

Parmi eux le patron du FLN qui, sans donner de propositions de sa formation pour la sortie de la crise — dans laquelle il est l’un des principaux responsables en tant que membre important des différents gouvernements depuis 1962 — a orienté son discours, très léger et mal inspiré, vers les attaques contre toute la classe politique. En tout cas, cette nouvelle tentative de parasiter les activités de l’opposition prouve que cette dernière dérange le pouvoir.

Celui-ci avait déjà tenté, en 2014, de l’étouffer en relançant, à la veille de la tenue du congrès du Mazafran, un nouveau round de consultations pour la révision de la Constitution. Mais en vain. Cette réunion, rappelons-le, avait vu la participation de l’écrasante majorité des acteurs de l’opposition qui ont adopté une plateforme commune, une première en Algérie depuis l’avènement du pluralisme politique. Le meeting de Amar Saadani réussira-t-il à éclipser cette fois-ci ce deuxième congrès ?
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le pouvoir tente de court-circuiter l’opposition
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair