formats

Le PDG de l’ENSP réfute les allégations de fraude

Publié le 31/08/2017, par dans Non classé.

Après plus de quatre semaines de sit-in ininterrompu devant le siège de la direction générale de l’Entreprise nationale de services aux puits (ENSP) à Hassi Messaoud, les chômeurs diplômés de l’université de Ouargla ont levé leur camp après avoir de nouveau été reçus par le PDG de l’entreprise rentré de congés.
Réfutant les accusations des candidats recalés au concours de Mud Logging, organisé en avril 2017 et qui a vu la participation de plus de 400 personnes postulant pour une quarantaine de postes, dont une vingtaine de perturbateurs non inclus dans le bulletin avalisé par l’Anem de Ouargla, selon les informations divulguées par le DRH de l’entreprise, Kris Mansour a tenu à souligner que les conditions d’organisation et la proclamation des résultats du test d’embauche étaient optimales. « Je ne comprends pas qu’on veuille ôter à l’entreprise jusqu’à son droit de choisir et de sélectionner rigoureusement les meilleurs.

Il nous a fallu plusieurs semaines d’examens organisés au niveau des salles de l’institut du pétrole IAP de Hassi Messaoud pour garantir le confort et la transparence nécessaires. Nous avons même inclus les candidats hors bulletin pour donner une chance à tout le monde, quitte à régulariser les choses par la suite et voilà qu’on nous accuse de fraude, mais c’est aberrant, voyons.» M. Kris estime que nul n’a le droit de remettre en cause les tests organisés par l’entreprise pour son propre compte, affirmant que la direction Mud Logging de l’ENSP « a accompli les tests et les corrections dans des conditions irréfutables, en sélectionnant les meilleurs candidats s’agissant d’un concours où les meilleures moyennes sont retenues».

Il refuse d’enquêter sur les éventuels dépassements ayant entaché ce recrutement, qui a favorisé des candidats hors wilaya détenteurs de certificats de résidence de complaisance, selon les manifestants. Pour le PDG de l’Ensp, « l’entreprise prend acte des candidatures approuvées par l’Anem qui est censée gérer les inscriptions au bureau de main-d’œuvre et authentifier les documents remis par les postulants».

Mais notre interlocuteur donne raison aux candidats sur deux points, d’une part les délais de remise des résultats des tests jugés trop longs et pénalisant en cas de nouvelle offre d’emploi intéressante, puisque le système informatique El Wassit de l’Anem leur refuse de repostuler avant la proclamation des résultats du premier test. Et d’autre part, l’attractivité même de l’ENSP qui implique autant de convoitise et de déception en cas de recalage au test. Du point de vue du PDG de l’ENSP, « l’entreprise est fortement sollicitée à cause des avantages socioprofessionnels qu’elle offre, non pas le salaire uniquement mais toutes les primes et le climat de travail et de prise en charge des travailleurs qui font que les postes à l’ENSP soient très prisés».

L’effet de démobilisation des contestataires a été plus rapide et constant comparativement aux précédents entretiens, mais il faut savoir que le PDG de l’ENSP a cette fois-ci annoncé son engagement personnel à organiser dans les meilleurs délais un nouveau test d’embauche pour combler les sept postes restés vacants depuis le dernier test, à cause des désistements des candidats non désireux de se rendre dans des chantiers lointains dans l’extrême Sud très éprouvants en matière d’isolement et de conditions climatiques.

Attractivité ?

Une donnée qui pèse lourd dans les opérations de recrutement nécessitant la mobilisation d’importants moyens financiers et logistiques, selon le nouveau DRH de l’entreprise fraîchement installé à son poste à la mi-août et qui s’engage, quant à lui, à faire la lumière sur ce dossier dans les tout prochains jours, afin de mieux convaincre les contestataires de la bonne foi de l’entreprise.

Yacine Laroui souligne que les contestataires n’ont pas présenté les mêmes délégués tout au long de la contestation d’où le quiproquo. Le souci d’assainissement de la situation des recrutements en cours primera sur l’amélioration Interne, estime t-il. « Mon premier objectif est de suivre de près le plan de recrutement en cours de l’entreprise qui, je le répète, a bien l’intention de recruter du nouveau personnel de chantier d’ici au 31 décembre 2017, mais je veillerai à ce qu’une communication efficiente et transparente accompagne ces opérations pour éviter de nouvelles manifestations qui ne font que perturber la bonne marche de l’entreprise», dit-il.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le PDG de l’ENSP réfute les allégations de fraude
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair