formats

Le nouveau modèle de croissance diversement apprécié

Publié le 07/06/2016, par dans Non classé.

L’annonce d’un nouveau modèle de croissance économique est diversement appréciée par le patronat algérien.
Pour Mohand-Saïd Naït Abdelaziz, président de la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA), le nouveau modèle de croissance, dont les grandes lignes ont été présentées par le Premier ministre dimanche dernier, vient « à point nommé» dans la perspective d’une transition vers une économie diversifiée et moins dépendante des aléas du marché pétrolier. « Le débat a été franc et serein. Il y a eu un consens qui s’est dégagé.

Les pouvoirs publics ont affiché une volonté quant à la nécessité de changer de voie. Sur ce point, je considère que c’est une avancée», a confié le président de la CNPA, joint hier par téléphone, lequel a participé à la 19e réunion tripartite (gouvernement-UGTA-patronat). Selon lui, un modèle de croissance économique nécessite un certain nombre de réformes liées notamment au financement des petites et moyennes entreprises et à la lutte contre la bureaucratie.

« Maintenant, il faudra trouver les outils nécessaires» pour remédier au problème de l’accès au financement pour les entreprises, dira-t-il, en suggérant la création dune banque destinée exclusivement au financement des PME et la libération des initiatives économiques. Même son de cloche auprès de la Confédération algérienne du patronat (CAP). « Je pense qu’il était temps d’engager un processus nouveau dans le domaine économique et social.

L’urgence de la situation est telle qu’on ne pouvait pas se permettre de poursuivre le même sentier», a réagi Boualem M’Rakach, président de la CAP, pour qui le nouveau modèle place l’entreprise comme élément essentiel de la création de richesses. Pour sa part, Habib Yousfi, président de la Confédération générale des entreprises algériennes, a exprimé son scepticisme à propos du nouveau modèle. « En matière de réflexion, le nouveau modèle, à mon avis, ne tient pas du tout la route», a-t-il affirmé.

Et d’expliquer : « Un nouveau modèle suggère de nouvelles méthodes. Or, les anciennes pratiques ne changent pas et les méthodes sont toujours les mêmes.» Habib Yousfi a déploré aussi l’absence d’experts à la réunion de la tripartite : « La réunion aurait dû être élargie pour permettre aux experts de donner leurs avis. Je suis resté sur ma faim.» Excepté l’objectif de 9% de recettes d’exportation à atteindre en hors hydrocarbures, le nouveau modèle de croissance entériné par l’UGTA et le patronat reste flou dans ses contours faute d’objectifs chiffrés. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le nouveau modèle de croissance diversement apprécié
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair