formats

Le Hadj 2016 : Des pèlerins équipés de bracelets d’identification

Publié le 10/09/2016, par dans Non classé.

Le but est de rassurer et d’identifier les pèlerins un an après la bousculade qui a fait 2300 morts.
L’Arabie Saoudite a commencé à équiper les hadjis de La Mecque d’un bracelet d’identification, une mesure encore loin d’être systématique, mais qui rassure certains, un an après la bousculade ayant fait quelque 2300 morts lors du pèlerinage. Riyad affirme avoir amélioré l’organisation et renforcé la sécurité du grand pèlerinage musulman annuel, qui s’ouvre samedi et lors duquel deux millions de fidèles sont attendus. La mesure phare que la presse saoudienne évoquait depuis plusieurs mois était le recours à des bracelets électroniques.

Ces bracelets de papier plastifié et comportant un code-barre lisible par smartphone fournissent l’identité, la nationalité, le lieu d’hébergement du pèlerin à La Mecque, le contact des responsables du groupe auquel il appartient, ainsi que toutes les informations enregistrées lors de l’attribution de son visa, a expliqué à l’AFP Issa Rawas, vice-secrétaire du ministère du Hadj.

« Le but est d’équiper tous les pèlerins venant de l’étranger, soit plus de 1,4 million de fidèles», poursuit-il, sans toutefois préciser le nombre de bracelets déjà délivrés. Dans la foule qui défile jour et nuit dans la Grande Mosquée et aux alentours, des journalistes de l’AFP ont vu de nombreux pèlerins équipés de bracelets. Mais certains sont en réalité fournis par des agences de voyages et ne comportent pas les informations enregistrées sur les bracelets du ministère.

Nabil Melhem, maçon palestinien de 61 ans, porte, lui, l’un de ces bracelets imprimés par les autorités « pour un coût d’environ deux rials saoudiens», soit moins de 50 centimes d’euro, selon M. Rawas. Pour ce pèlerin venu de Cisjordanie occupée, cette bande de deux centimètres de large, de couleur verte pour les musulmans venant de pays arabes, est « comme un passeport». « Si on se perd, si on meurt, si on est malade et incapable de parler, ils peuvent contacter l’agence qui nous encadre grâce au bracelet», dit-il à l’AFP.

Le 24 septembre 2015, lors du précédent pèlerinage à La Mecque, une gigantesque bousculade avait coûté la vie à au moins 2297 fidèles, selon des données compilées à partir de bilans fournis par des gouvernements étrangers. Certains avaient eu des difficultés à identifier les victimes. Les autorités saoudiennes en étaient restées à un bilan de 769 morts pour ce drame, le plus meurtrier de l’histoire du hadj. « Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a eu d’énormes ratés en terme d’organisation» l’an dernier, constate Jane Kinninmont, du centre d’études Chatham House à Londres.

Mais « il y a eu des améliorations au niveau des infrastructures et les Saoudiens vont assurément tenter d’améliorer aussi la logistique», dit-elle. Selon l’experte, le hadj « est une énorme opération logistique et l’Arabie Saoudite sait qu’elle doit la mener avec succès, en raison de son importance sur les plans religieux et économique». Cette année, témoigne Drissa Conakry, « nos logeurs nous ont mis ce bracelet dès notre arrivée à l’hôtel». « Je me dis qu’au moins, je suis identifié», assure ce professeur nigérien de 30 ans muni du bracelet mauve des musulmans venus de pays africains. Derrière lui, quatre pèlerins australiens s’approchent, intrigués. Eux n’ont reçu aucun bracelet, assurent-ils à l’AFP. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le Hadj 2016 : Des pèlerins équipés de bracelets d’identification
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair