formats

Le forcing de la majorité parlementaire

Publié le 07/06/2017, par dans Non classé.

A l’entame de la réunion qui a débuté à 11h et s’est achevée en fin d’après-midi, Le président de l’APN,Saïd Bouhadja a expliqué que la répartition des sièges se fera conformément à l’article 13 du règlement intérieur de l’APN.
Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja, avait raison d’appréhender la toute première réunion qu’il a convoquée depuis sa désignation à la tête de cette institution. M. Bouhadja a réuni, hier, les dix groupes parlementaires pour la répartition des postes de responsabilité, notamment les vice-présidents de l’Assemblée.

Une tâche difficile en raison du forcing qu’exercent le FLN et le RND pour empêcher le parti El Adala de décrocher un poste de vice-président et de siéger par la même dans le bureau de l’APN. A l’entame de la réunion qui a débuté à 11h et s’est achevée en fin d’après-midi, Saïd Bouhadja a expliqué que la répartition des sièges se fera conformément à l’article 13 du règlement intérieur de l’APN. Il a préféré ainsi se retirer de la réunion pour permettre aux chefs des groupes parlementaires de débattre et de trancher entre eux cette question.

Le FFS et le PT, qui ont pourtant assisté à ce conclave, ont refusé dès l’installation de cette huitième législature de siéger dans le bureau de l’APN ni dans aucune autre structure. Chafaa Bouiche, président du groupe parlementaire du FFS, interpelle les partis qui veulent intégrer le bureau, après l’avoir boycotté en 2012, de lui expliquer ce qui a changé durant ces cinq ans. Point de réponse. Il a même fait remarquer que des partis qui intègrent les structures ne peuvent pas se considérer comme des partis de l’opposition.

Lors des discussions, le FLN et le RND ont proposé la désignation des membres du bureau de l’APN sur la base du nombre de députés qui siègent au sein du groupe parlementaire et non sur le nombre total des députés qui composent l’Assemblée. « La répartition des postes de responsabilité s’effectue depuis 1997 en référence au nombre total des députés, qui est de 462 aujourd’hui, et non par rapport aux 411 députés qui siègent dans les groupes parlementaires.

Ce n’est pas logique, et en se basant sur ce calcul, les partis majoritaires remportent la mise en excluant El Adala du bureau de l’APN», explique un député. La proposition du FLN et du RND a été rejetée dans le fond et la forme. Ce désaccord a poussé le président de l’APN à intervenir et l’application du chapitre 2 de l’article 13 du règlement intérieur est devenue une obligation. A cet effet, la majorité parlementaire a présenté une liste unique qui sera soumise au vote en plénière.

Rappelons dans ce sens ce que stipule l’article 13 du règlement intérieur de l’APN. Cet article propose trois options pour la répartition des vice-présidents de l’APN. S’agissant de la première option, il est demandé aux représentants des groupes parlementaires de dégager un accord sur la répartition des postes de vice-présidents au sein de leurs groupes proportionnellement à leur représentation. La liste est soumise à l’APN pour adoption.

Toutefois, s’il n’y a pas consensus autour de cette démarche, les participants passent à la deuxième option et là les groupes représentant la majorité établissent la liste des vice-présidents conformément au critère convenu entre les groupes désirant participer au bureau de l’Assemblée. La liste est ensuite soumise à l’Assemblée populaire nationale pour adoption.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le forcing de la majorité parlementaire
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair