formats

Le FLN sanctionné, les islamistes reviennent et les «inconnus» créent la surprise à Constantine

Publié le 06/05/2017, par dans Non classé.

A Constantine, le taux d’abstention et/ou boycott a volé la vedette à l’ensemble des partis en lice pour ces législatives 2017. Avec un taux de participation de 25,54 %, la capitale de l’Est confirme son statut de wilaya qui tourne le dos aux urnes et sanctionne l’inutilité des députés qui siègent en son nom à l’hémicycle.
Il y a eu des surprises de taille au terme de ce rendez-vous électoral à Constantine, mais le taux insignifiant de participation mérite de s’y attarder et devrait donner à réfléchir à l’ensemble des acteurs politiques et aux analystes, loin des stigmatisations stériles visant à culpabiliser la population qui refuse de voter.

Le mieux est de se mettre à la place du citoyen constantinois lambda — sevré du dopage populiste — et poser la question : pourquoi j’irai voter ? Au premier niveau de réponse, notre sujet répondra que les 12 députés sortants n’ont rien fait pour la wilaya, alors que celle-ci est victime d’un processus de régression vertigineux.

Même pas besoin de chercher plus loin pour repousser l’électeur, les députés sortants ont été lamentables et d’ailleurs les avis que nous avons recueillis à de nombreuses occasions, dans la rue, démontrent que la majorité des noms ne sont même pas connus de la population. Tous sauf un peut-être.

Celui-là est plus ou moins célèbre, car il fait du bruit lors des sessions parlementaires et au-delà ; parce qu’il se positionne sur pratiquement l’ensemble des dossiers nationaux et n’hésite pas à questionner les ministres sur des dossiers relatifs à la wilaya. C’est peut-être pour ces raisons qu’il a été reconduit pour un quatrième mandat et tiré vers le haut de la liste qu’il a chapeautée. Il s’agit du député Lakhdar Benkhellaf du parti de l’alliance El Adala de Abdellah Djaballah. Cette liste a remporté 2 sièges, alors que l’alliance MSP, en a décroché 1 et El Islah 1, donnant ainsi au camp islamiste 4 sièges à Constantine. Un score qu’ils n’ont pas réalisé auparavant.

Le naufrage du FLN

Ce retour des islamistes s’est fait au détriment du FLN, grand perdant de ces élections à Constantine. C’est même un désastre pour le parti de Djamel Ould Abbès qui perd trois sièges et sauve la face avec deux députés seulement, soit le score le plus ridicule de l’histoire de l’ancien parti unique à Constantine. Idem pour le RND, qui doit se contenter d’un siège au lieu de deux, au même titre que le PT qui ne compte désormais qu’un seul député.

Le FFS, entré dans l’histoire politique de la wilaya en 2012, en décrochant un siège grâce à Wijdene Hamrouche, n’a pas pu confirmer, en dépit de la liste conduite par son premier secrétaire national, Abdelmalek Bouchafa. La surprise de ces législatives a été l’entrée à l’APN, et contre toute attente, de quatre partis qui ont réussi à décrocher chacun un siège.

Il s’agit du PLJ de Mohamed Saïd, le MEN de Mohamed Boukhezna, l’ANR de Belkacem Sahli, et l’inconnu Mouvement national des travailleurs algériens (MNTA). Ce qui donne une composition de dix partis représentant la wilaya à la prochaine Assemblée nationale. Autant dire un patchwork inattendu et, surtout, composé en majorité de parfaits inconnus.
N. Nesrouche et S. Arslan Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le FLN sanctionné, les islamistes reviennent et les «inconnus» créent la surprise à Constantine
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair