formats

Le couffin du ramadhan sera supprimé

Publié le 06/06/2018, par dans Non classé.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a instruit hier le gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que cesse le recours à la distribution du couffin de ramadhan et pour que l’action de solidarité de l’Etat « soit réalisée par des allocations financières ».
« Le chef de l’Etat a instruit le gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que cesse le recours à la distribution du couffin de ramadhan, et que cette action de solidarité de l’Etat soit réalisée dès l’année prochaine à travers des allocations financières décaissées par chèque ou par monétique », a indiqué un communiqué rendu public à l’issue du Conseil des ministres, réuni sous la présidence du président Bouteflika.

Cette instruction intervient suite à une communication faite en Conseil des ministres, par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui sur les préparatifs mis en place pour le mois de ramadhan. Ainsi, au titre des opérations de solidarité nationale, 8,4 milliards de DA ont été mobilisés notamment par les communes et les wilayas, pour assurer la distribution de près de 2 millions de couffins ainsi que la distribution de près de 6 millions de repas chauds au niveau de 1.300 restaurants, a ajouté la même source.

Concernant les conditions de vie de la population, la mobilisation de plus de 30 milliards de DA supplémentaires au profit du secteur permettra de garantir la disponibilité continue de l’eau potable dans tout le pays, y compris les communes enregistrant un déficit et qui sont au nombre de 600, a précisé la même source. Quant à l’approvisionnement continue en électricité, il sera assuré aussi grâce à la mise en service de nouvelles capacités de production, a relevé le communiqué du Conseil des ministres.

Le Président Abdelaziz Bouteflika a décidé, lors du Conseil des ministres tenu mardi, le retrait de toute augmentation de droits pour les documents administratifs « Lors de l’examen de ce projet de loi, et en matière de relèvement de droits à acquitter sur certains documents administratifs, le président de la République a décidé le retrait de toute augmentation de droits proposée pour les documents administratifs », note un communiqué rendu public à l’issue de la réunion du Conseil des ministres tenue mardi sous la présidence du président Bouteflika.

Pour rappel, des médias avaient rapporté, durant ces derniers jours, que l’avant-projet de LFC 2018 prévoyait la délivrance de la Carte nationale d’identité biométrique et d’autres documents administratifs contre un montant à débourser par leur titulaire. Ce qui avait suscité un large débat sur les réseaux sociaux et de nombreuses réactions.

Pourt le projet de la Loi de finances complémentaire de 2018 prévoit un ajout de 500 milliards DA en Autorisations de programme pour le financement notamment de projets sociaux et d’infrastructures, a indiqué un communiqué rendu public à l’issue de la réunion du Conseil des ministres tenue mardi sous la présidence du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

« Dans sa partie budgétaire, le projet de loi se limite à l’ajout d’un montant de 500 milliards DA en Autorisations de programme, sans inscription de Crédits de paiements supplémentaires », note le communiqué. Pour rappel, les Autorisations de programmes sont les montants maximum des dépenses budgétaires qui sont autorisées à être engagées pour l’exécution des projets pendant les années à venir et sont effectuées au rythme de la réalisation des travaux.

Quant aux Crédits de paiements, ce sont les dépenses qui sont effectuées pendant lÆannée pour la couverture des engagements contractés dans le cadre de ces Autorisations de programme. Quant à l’affectation de cette nouvelle dotation de 500 milliards DA, cela « permettra de relancer une série de projets, notamment sociaux, gelés ces dernières années du fait de la tension financière sur le budget de l’Etat », explique le communiqué.

Elle servira aussi à « engager de nouvelles réalisations d’infrastructures qui seront financées en concours temporaires par le Fonds national d’investissement (FNI) ». Il s’agira notamment de « voies ferrées et de rocades à réaliser ou à moderniser au profit du nouveau Port centre d’El Hamdania (Cherchell) et de l’augmentation de l’exploitation des mines de phosphates, ainsi que de la modernisation du port de Annaba en liaison avec ce même projet », précise le communiqué.

Commentant ce projet de loi après son adoption, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné que « si le gouvernement doit maintenir une gestion prudente des ressources financières du pays, cela ne doit pas empêcher la relance des projets sociaux gelés ces dernières années, ainsi que la consolidation du réseau des infrastructures de base, surtout lorsque celle-ci sont liées à des projets économiques dont la rentabilité est établie ».

Pour rappel, le méga projet du Port Centre dÆEl Hamdania, dont les travaux de réalisation devront être entamés au cours de cette année, sera relié à des zones industrielle et logistique ainsi qu’à une pénétrante et à une voie ferrée. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le couffin du ramadhan sera supprimé
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair