formats

Le chauffeur de bus doit avoir le même niveau d’instruction qu’un pilote

Publié le 10/06/2016, par dans Non classé.

– Pourquoi les transports en commun sont-ils la cause de beaucoup d’accidents de circulation ?

Quand les autorisé ont augmenté l’âge pour les chauffeurs, ils ont cru avoir trouvé la solution au problème. Quand on est débile à 18 ans, on reste débile même à 40 ans. Pourquoi ne pas exiger un critère de niveau d’instruction ? On donne le permis à des gens qui ont 25 ans, alors que les auto-écoles n’ont pas d’autocars.

Je pense que le niveau est indispensable, car on confie au conducteur plusieurs dizaines de voyageurs. Nous avions proposé pour les longues distances l’exigence d’au moins deux chauffeurs. Ce qui est urgent, c’est de définir le temps de la conduite qui n’est pas arrêté par la loi. Aussi, la loi doit exiger un temps de repos. Le niveau intellectuel du conducteur doit être élevé et il doit suivre une vraie formation, car ce dernier est dans l’obligation de connaître les lois de la physique auxquelles l’engin est soumis.

Aussi, les autorités doivent impérativement soumettre les conducteurs à un test psychologique pour confirmer l’aptitude du conducteur, et savoir s’il peut résister aux contraintes et à la pression qu’il rencontrera sur la route, car qui dit route en Algérie, dit stress. Il faut prendre l’exemple d’un pilote d’avion, car le nombre de personnes transportées par un avion ATR est parfois le même transporté par un bus ; donc, le risque est le même. C’est pour cela qu’il faut que les autorités comprennent enfin que les vies humaines doivent être confiées à une personne qui a les compétences intellectuelles requises pour les préserver.

– Est-ce que les entreprises de transport doivent prendre des mesures spéciales pour faire face à ce phénomène ?

Il y a une ligne de 1800k m entre Alger et Tindouf. C’est inadmissible. Il faudrait pour eux qu’ils distinguent entre vies humaines et marchandises. La loi oblige qu’il y ait devant chaque glace un marteau brise-glace ? Normalement, les receveurs doivent être formés pour réagir dans ce genre d’accidents.

On ne sait même pas s’il y a des gens qui savent se servir d’extincteurs ou de gens formés dans le secourisme. L’extincteur et la boîte à pharmacie doivent être visibles. Le conducteur qui est appelé à faire un long trajet doit normalement se reposer huit heures avant le voyage. 17 heures sans sommeil, c’est comme consommer 0,50 gr d’alcool. Est-ce que les conducteurs ont passé les visites médicales qu’il faut, comme l’examen de vue.

– Quel est le système à mettre en place pour faire face à ce phénomène ?

Celui qui fait une demande pour avoir une arme fait l’objet d’une enquête enquête. Alors qu’avec une arme on ne peut tuer que quelques personnes à la fois. Alors qu’un chauffeur à qui on délivre un permis de conduite en catégorie de transport en commun peut tuer plusieurs dizaines de vies à la fois.

Donc, la solution c’est de sévir sur sa délivrance, car c’est une autre forme de terrorisme. Les vies humaines doivent être prises au sérieux. Je me demande pourquoi ce secteur n’est pas pris en charge par le ministre de la Formation professionnelle. Tous les autres métiers tels que la peinture, électricité, etc. qui ne représentent pas de danger pour des dizaines de personnes le sont, sauf ce métier. Les examinateurs ne peuvent pas connaître les candidats en 15 minutes. Il faut que l’Etat prenne en charge la formation professionnelle.

La mise en place de ce système va coûter moins cher que le nombre d’accidents qui sont provoqués quotidiennement. Avant, il existait des contrôleurs de transporteurs, ce sont des gens en civil qui montent dans le bus pour voir si les conducteurs conduisent bien ou pas. A partir de 40 ans, les conducteurs doivent impérativement porter des lunettes, et j’insiste sur la nécessité de bien accomplir la visite médicale et d’impliquer les médecins dans ce débat très sensible. Il faut aussi mettre des étrangleurs sur tous les engins de transport afin de limiter la vitesse à laquelle ils roulent.

– Est-ce que la mise en place du chronotachygraphe va stopper ce drame ?

Il a été décidé par un arrêté ministériel de Rabah Bitat en 1972. On ne sait pas pourquoi, 44 ans après, ce système n’est pas encore mis en place. Mais ce matériel ne sera efficace qu’à partir du moment où on mettra en place la loi de travail qui va déterminer le nombre d’heures de conduite, de repos et de trajet maximal à parcourir par le chauffeur. Sans cela, même si ce système est mis en place, les services de controle n’auront pas de lois qui leur permettront de pénaliser les conducteurs et les entreprises. Il faut que l’Etat procède en urgence à prendre des mesures sévères afin de mettre fin à ce terrorisme. Nous sommes prêts à collaborer avec eux, mais cela ne doit pas attendre, car les bilans sont de plus en plus lourds.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Le chauffeur de bus doit avoir le même niveau d’instruction qu’un pilote
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair