formats

le chantier était bloqué depuis 11 ans : Dérogation pour le Yugarithen Palace à Béjaïa

Publié le 20/12/2015, par dans Non classé.

En situation de chantier bloqué depuis onze ans, l’hôtel Yugarithen Palace, parti pour décrocher 5 étoiles dans la ville de Béjaïa, vient de faire l’objet d’une autorisation d’achèvement des travaux.
C’est le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui a signé la dérogation suite au rapport d’une délégation interministérielle (composée notamment de représentants des ministères de l’Intérieur et de l’Energie) qui s’est rendue à Béjaïa à la demande du wali. Pourquoi l’Energie ? Parce que l’hôtel en question est construit à proximité d’un pipeline qui plonge dans le tout proche terminal du port pétrolier de la ville.

Et c’est cette proximité qui a imposé une longue bataille juridique après l’arrêt des travaux au début des années 2000, à quelques mois de la réception du palace. Pour le député FFS Chafaâ Bouiche, cette dérogation du « ministère du Tourisme» est « scandaleuse». Sur son compte facebook, il a écrit, le 16 décembre, que « cette régularisation est un défi au Conseil d’Etat qui avait condamné ce promoteur à démolir cet hôtel». C’est trois jours plus tôt, le 13 décembre, que le promoteur Mahmoud Lalaoui a reçu la dérogation d’achever le chantier.

« Elle est signée du Premier ministre», a-t-il confié à El Watan. « Le ministère de l’Energie avait exigé de nous deux études d’impact que nous avons réalisées avec un bureau national et un autre étranger», ajoute-t-il. La décision de débloquer le chantier semble reposer sur les « engagements» du promoteur à respecter les recommandations de ces études d’impact. « Je dois m’entendre avec l’autorité de régulation des hydrocarbures avant la mise en exploitation de l’hôtel. Je me suis engagé à respecter toutes les mesures sécuritaires», affirme-t-il. Une demande de permis de construire a été déposée auprès de l’APC de Béjaïa en 1998. Mais sans suite.

Le promoteur s’en remet plus d’une année plus tard à la justice et l’arrêt de la chambre administrative près la cour de Béjaïa l’autorise, en avril 2000, à construire son hôtel. Saisi par l’APC, le Conseil d’Etat annule, en avril 2003, l’arrêt de la chambre, en prenant en compte l’avis de la direction des mines et de l’industrie qui souligne la proximité du pipeline. Mais entre-temps, le chantier de l’hôtel est presque terminé et s’élève sur 14 niveaux. Le Yugarithen Palace occupe plus de 16 000 m², entre bâti et non bâti, et a coûté plus de 4 millions de dollars. Le point le plus près du pipeline est à 6,77 mètres. « Vous croyez que s’il y avait décision de démolir ils m’auraient attendu ? Je n’ai pas construit sur le pipeline», se défend Mahmoud Lalaoui. Le feuilleton du Yugarithen Palace n’est certainement pas terminé. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé le chantier était bloqué depuis 11 ans : Dérogation pour le Yugarithen Palace à Béjaïa
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair