formats

«Le changement ne viendra pas des manœuvres du pouvoir»

Publié le 11/01/2016, par dans Non classé.

Nous sommes face « à une situation de précarité générale qui a déjà coûté très cher au pays».
Dans le fond comme dans la forme, ce changement constitutionnel n’apporte aucune réponse et ne peut apporter aucune solution qui puisse s’attaquer aux causes véritables de la crise.» C’est en ces termes que le premier secrétaire national du FFS, Mohamed Nebbou, a réagi, dans une déclaration à El Watan, à l’avant-projet de révision de la Constitution rendu public ces derniers jours. Le même responsable du FFS souligne qu’un texte ne suffit pas à régler la crise.

« Ce n’est pas un texte qui est à l’origine de cette crise, ce n’est donc pas un texte, élaboré et qui sera certainement adopté dans les mêmes conditions arbitraires que les précédents, qui apportera les solutions à cette crise. Crise de gouvernance, crise de légitimité, crise de confiance, crise économique, crise morale, etc.», indique notre interlocuteur en notant qu’il n’y a pas un aspect de la vie du pays qui ne soit pas frappé de plein fouet par les retombées de cette crise multiforme.

Le FFS, par la voix de son premier secrétaire, estime qu’il est « difficile de se convaincre que le pouvoir en place croit sérieusement qu’avec une révision constitutionnelle il va faire face aux problèmes déjà là et à ceux qui s’annoncent dans le sillage de la crise économique liée à la baisse des revenus de la rente pétrolière». « Nous sommes face, souligne le responsable du FFS, à une situation de précarité générale qui a déjà coûté très cher au pays et qui menace d’emporter ce qui lui reste d’unité et de stabilité.»

Un débat interne sera organisé autour de la question de la révision constitutionnelle et à l’issue duquel le parti donnera son avis sur les propositions contenues dans ce texte, précise M. Nebbou, mais non sans avancer d’ores et déjà qu’ « il est évident que le pouvoir en place n’a ni l’intention ni visiblement les moyens de rompre avec les pratiques à l’origine de l’impasse dans laquelle il s’est enfermé et s’obstine à vouloir enfermer le pays». Ceci et d’ajouter que « l’espoir et le changement démocratique ne viendront pas des manœuvres bureaucratiques du pouvoir, mais d’un véritable élan de la société pour réaliser le consensus le plus large possible et entamer un processus constituant en faveur de la deuxième République». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Le changement ne viendra pas des manœuvres du pouvoir»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair