formats

«L’autoritarisme rentier est à l’origine du mal-développement»

Publié le 21/04/2018, par dans Non classé.

En ouverture de ce 36e numéro de la revue Naqd, une contribution de Smaïl Goumeziane, « La résurrection des rentiers», balise habilement le sujet en opérant une judicieuse mise en perspective historique.
L’ancien ministre du Commerce sous Hamrouche (1989-1991) fait d’emblée ce constat : « La rente, sous ses diverses formes, modèle à sa guise le monde contemporain.

Elle gangrène l’activité économique et politique et, au-delà, tout le corps social. Sur fond de mondialisation triomphante, elle est à la fois le symbole de la toute-puissance des rentes financières et du recul démocratique dans les pays capitalistes, et celui du mal-développement et de la toute-puissance du système rentier dans les pays à régimes autoritaires.» Pour Smaïl Goumeziane, « le système rentier est ‘‘congénitalement » autoritaire, de sorte qu’on pourrait aussi l’appeler ‘‘l’autoritarisme rentier »». Il explique : « L’autoritarisme rentier suppose la mise en place et la détention de monopoles, voire d’oligopoles, politiques et économiques (ou même religieux) pour le contrôle de la création et de la distribution des rentes, à travers des organisations et des institutions formelles et officielles, notamment en termes d’autorité, mais aussi informelles.

Pour assurer ce contrôle, il utilise principalement des règles et procédures administratives bureaucratiques et contraignantes, des réseaux informels et des pratiques corruptrices multiformes.» M. Goumeziane a consacré une bonne partie de son étude à l’examen clinique du cas algérien. « Couplé à un régime autoritaire plus ou moins homogène, écrit-il, ce système rentier, qui s’est développé depuis les premières années de l’indépendance, a réussi à contrecarrer et à dévoyer les deux grandes stratégies de développement d’une économie nationale productive et diversifiée, formellement affichées par les tendances ‘‘productivistes et non rentières » du régime autoritaire : celle des industries industrialisantes des années 1970 et celle de la fin des années 1980 dite des ‘‘réformes démocratiques ».

Et à en phagocyter, progressivement, les fruits au bénéfice de la tendance rentière et de ses clientèles, tout en aggravant les inégalités économiques et les injustices sociales.»

« Le règne de la chkara»

L’auteur de Le Pouvoir des rentiers (EDIF2000, Alger, 2003) énumère le triste palmarès de l’Algérie au titre de divers classements peu glorieux : « Pour ces raisons, après plus de 50 ans d’indépendance, l’Algérie est toujours en situation de mal-développement comme le montrent ses différents classements internationaux dans de nombreux domaines : 93e place pour le développement humain (mais dernière place des pays pétroliers !) ; 153e position pour le climat des affaires ; 110e place pour la compétitivité ; 136e place pour la liberté d’entreprise ; 141e place pour la liberté de la presse ; 105e place pour la corruption ; 117e place pour l’égalité des sexes…

Tout cela est largement connu et explique les larges mobilisations populaires récurrentes de ces dernières années pour l’emploi, pour le logement, pour la santé ou l’éducation.» Considérant l’évolution du revenu moyen par habitant, l’économiste dresse une comparaison saisissante avec la Corée du Sud et révèle : « Après 50 ans d’indépendance, est-il normal, pour un pays pétrolier comme l’Algérie, de disposer d’un revenu moyen annuel par habitant de quelque 7200 dollars, quand un pays comme la Corée du Sud – ayant aussi connu un régime autoritaire –, ne disposant d’aucune ressource pétrolière et aussi pauvre que l’Algérie en 1962, caracole aujourd’hui avec un revenu moyen annuel par habitant de l’ordre de 27 000 dollars ?» Smaïl Goumeziane souligne que « les rentes dominent largement les profits et les salaires ; les revenus informels dominent les revenus réels ; la fraude et l’évasion fiscales s’étendent chaque jour davantage… Le bon sens populaire appelle cela le règne de la ‘‘chkara »».

Et de marteler : « Comment pourrait-il en être autrement quand le territoire national est dominé par un quadruple marché combinant de façon plus ou moins anarchique marché public administré, marché oligopolistique privé, marché concurrentiel plus ou moins administré et marché informel ?

Ce dernier imposant de plus en plus son mode de fonctionnement et de régulation aux trois autres.» « Comment pourrait-il en être autrement dans une société où 50% de la masse monétaire circulent hors des banques et où trois instruments essentiels d’une économie moderne continuent d’être superbement ignorés : la facture, le chèque et le bilan ?»

« Libérer les Algériens après avoir libéré le pays»

L’auteur de La tiers mondialisation (Charles Corlet, Paris, 2005) regrette également le sort fait aux cadres algériens et la mauvaise utilisation des compétences nationales : « Que sont devenues les générations de cadres et de travailleurs qui s’étaient engagées avec conviction et dévouement dans la ‘‘bataille du développement » des années 1970 ?

Que sont devenues celles des années 1980 qui ont bousculé le système rentier et secoué le régime autoritaire, exigeant à la fois davantage de libertés individuelles et collectives – particulièrement dans les domaines politique et culturel – et une véritable autonomie dans la gestion des entreprises, au point de les contraindre, dans la douleur d’Octobre 1988, à des réformes démocratiques vite étouffées ?» M. Goumeziane le dit avec conviction : « Sans cette logique rentière infernale, les immenses ressources du pays auraient largement permis de rembourser la dette externe sans se mettre sous les fourches caudines du FMI et des banques internationales, d’investir dans la production agricole et industrielle hors hydrocarbures, dans l’éducation et la recherche, de diversifier la production nationale et les exportations du pays, de mobiliser à nouveau toutes les potentialités humaines, naturelles, organisationnelles, techniques et financières du pays afin d’améliorer sensiblement et durablement le niveau et la qualité de vie des populations.

En un mot : de libérer les Algériens après avoir libéré le pays.» Il préconise de « modifier en profondeur les choses et d’envisager des alternatives politiques et économiques, de façon pacifique et démocratique, afin de passer d’un ‘‘autoritarisme rentier » à un ‘‘système productif démocratique ».

Et pour cela, mobiliser, au-delà des sempiternelles échéances électorales, et où qu’elles se trouvent (…), toutes les forces vives de la nation soucieuses de réhabiliter l’économie productive nationale dans le respect des libertés de chacun et de tous». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «L’autoritarisme rentier est à l’origine du mal-développement»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair