formats

L’application des nouveaux programmes en cause

Publié le 27/12/2016, par dans Non classé.

Les résultats obtenus par les élèves des différents cycles d’enseignement indiquent une « régression du niveau national», comparés aux résultats des années passées.
Selon les estimations « globales» réalisées par plusieurs syndicats d’enseignants, « la majorité des élèves n’a pas réussi à obtenir la moyenne», même si, pour le moment, l’étude se base sur des données collectées par les enseignants et ne concerne donc pas tous les établissements. Seul le ministère pourrait donner l’appréciation exacte et précise de ces résultats, explique Messaoud Boudiba, secrétaire national au Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste).

Mais les données glanées par les différents représentants de wilaya issus de ce syndicat permettent de constater une « régression remarquable» du nombre d’élèves ayant obtenu la moyenne. « Si nous faisons une comparaison avec les résultats obtenus auparavant, nous pouvons affirmer que pour ce trimestre nous n’avons pas cet équilibre habituel entre ceux qui obtiennent la moyenne et ceux qui ne l’ont pas», explique le même représentant syndical qui souligne que « ce constat est plus visible au niveau des classes de 2e année primaire et ceux de la 1re année moyenne, autrement dit les classes concernées par l’application de la deuxième génération des programmes de la réforme».

Pour le Cnapeste, « les départs massifs des enseignants ayant nécessité le recours aux recrutements des universitaires sans formation spécialisée ni expérience ont pesé sur la qualité de la prestation d’une grande partie de ces enseignants qui ne savent pas vraiment comment s’y prendre avec une classe». La conjoncture actuelle marquée par l’instabilité engendrée par la conséquence de la réforme de la retraite a contraint la tutelle à procéder au recrutement de 60 000 enseignants dont 30 000 sont sans aucune expérience. « Nous percevons l’impact de ces recrutements hâtifs et inévitables dans les résultats du premier trimestre», a conclu le représentant du Cnapeste.

Le Conseil des enseignants des lycées d’Algérie (Cela) a dressé le même constat au niveau de l’enseignement secondaire avec une majorité des lycéens n’ayant pas réussi à obtenir 10/20. Le conseil national de ce syndicat interpelle d’ailleurs le ministère de l’Education nationale sur la faiblesse des résultats du premier trimestre, « qui sont désastreux à tous les niveaux». Selon une étude faite par ce syndicat, 64% des élèves de première année secondaire n’ont pas réussi à obtenir 10/20, et la moyenne nationale pour ce niveau est 8,93/20. Pour la 2e année secondaire, 55% des élèves n’ont pas obtenu la moyenne, qui est pour cette catégorie de 9,32/20. Pour la terminale, la moyenne nationale des élèves est de 9,03/20 et 59% ont obtenu des résultats en dessous de la moyenne, selon l’étude du Cela.

Les deux syndicats expliquent ces résultats par le climat d’instabilité ayant retardé le début des cours. Le Cnapeste rappelle que le processus de recrutement a fait que les cours n’ont commencé réellement qu’à partir de la 2e semaine du mois d’octobre. Le déficit en effectifs d’encadrement pédagogique et administratif a eu des conséquences sur les résultats de ce trimestre, souligne M. Boudiba, qui signale cependant que le baromètre réel du niveau des élèves est la moyenne nationale du deuxième trimestre.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’application des nouveaux programmes en cause
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair