formats

L’appel anonyme

Publié le 06/01/2017, par dans Non classé.

La grève des commerçants enclenchée à base d’un simple appel anonyme via les réseaux sociaux a finalement tenu que deux jours, alors qu’initialement, le mouvement de grogne devait s’étaler jusqu’au 8 janvier.
Le mot d’ordre a été suivi uniquement à travers quelques wilayas du Centre, notamment en Kabylie, où la manifestation a tourné à l’émeute, notamment dans la wilaya de Béjaïa et à un degré moindre à Bouira. Les chemins d’accès, le tronçon autoroutier, notamment dans sa partie relevant de la wilaya de Bouira ainsi que la voie ferrée, ont été bloqués par des manifestants sortis dans la rue pour dénoncer leur ras-le- bol contre la mal vie « et en solidarité avec les commerçants». Si certains grévistes ont tenu à exprimer leur colère quant à l’augmentation effrénée des taxes et autres charges contenues dans le cadre de la loi de finances 2017, défendue bec et ongles par les autorités épaulées par les parlementaires des partis au pouvoir, il n’en demeure pas moins que la plupart des commerçants ont baissé rideau « par crainte et peur» suite à des appels de représailles diffusés d’une manière anonyme.

Dans la wilaya de Bouira, des commerçants ont même profité de ces deux journées de grève pour augmenter les prix de quelques produits de première nécessité, comme le lait, les œufs et le sucre. L’absence des services des organismes de contrôle censés lutter contre ce genre de pratiques illégales et de fraude a laissé libre champ à des commerçants sans vergogne pour dicter leur loi. Hier, une délégation de commerçants, notamment ceux installés au centre-ville, a été reçue par le premier responsable de la wilaya, qui leur a promis, selon des informations, d’étudier leurs doléances. Les membres de la délégation se disent outrés par les récentes déclarations du bureau de wilaya de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).

Ce mouvement de protestation a failli dégénérer en émeute. L’absence de mouvements associatifs et surtout d’élus représentant la société civile pouvant encadrer ces foules illustre parfaitement l’état lamentable dans laquelle se trouve la société. « Où sont nos députés de la wilaya qui ont d’une manière magistrale défendu toutes les lois proposées par le gouvernement ?» « Il se sont retranchés, comme à leur accoutumée, parce qu’ils ne représentent qu’eux-mêmes…, disent des citoyens rencontrés dans la soirée d’avant-hier sur la place publique de Bouira, après que des jeunes aient tenté de bloquer vainement la route. Ces derniers ont quitté les lieux après l’arrivée du premier véhicule de police. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’appel anonyme
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair