formats

L’Algérie terre d’installation pour les migrants

Publié le 09/09/2016, par dans Non classé.

Peintres en bâtiment, couturières, maçons…, les migrants subsahariens en Algérie sont les travailleurs de l’ombre. Ils payent leurs loyers et participent à l’économie du pays. Déterminés, certains d’entre eux s’installent pour une longue durée malgré les difficultés et le vide juridique qui les privent de statut.
Après avoir vécu deux ans au Maroc, j’ai trouvé une nouvelle maison en Algérie. Je travaille depuis plus d’un an comme professeur de français et d’anglais dans une maison privée du côté de Dely Ibrahim (banlieue ouest d’Alger)», raconte Valérie*, camerounaise ; elle a mis ses compétences linguistiques au service de son nouvel employeur. « La femme qui m’emploie m’avait repérée l’été dernier chez une coiffeuse qui m’avait engagée pour faire des tresses africaines à de petites filles.

Une fois par mois je me déplaçais au salon de coiffure situé à Chéraga. J’étais payée 2200 DA par mois.» Aujourd’hui, Valérie semble satisfaite de son nouveau salaire puisqu’elle est payée trois plus ; elle se dit chanceuse d’avoir trouvé cet emploi, mais ses yeux trahissent son sourire puisqu’elle est consciente qu’elle pourrait avoir bien plus si elle était dans un cadre mieux réglementé « Je me contente de ce salaire, car il me permet de manger et de payer le loyer de ma chambre.

Mon employeuse se comporte bien avec moi et m’offre même des vêtements d’occasion que je distribue parfois à des compatriotes», dit-elle. Valérie a pour projet de ramener ses enfants – qui ont treize et huit ans – restés au Cameroun avec leur grand-mère à Douala. « Je devais venir au Maghreb et partir en Europe chez mon frère, il a réussi la traversée il y a cinq ans, il a même un emploi stable. Je rêvais de le rejoindre», nous dit-elle. Le frère de Valérie a passé trois ans à Oran, ensuite il a rejoint l’Espagne après plusieurs tentatives dangereuses de traversée de la Méditerranée, pour enfin rejoindre l’Italie.

Facebook

Valérie sous-loue discrètement sa chambre à Marie Anne, une ressortissante du Congo qui a trouvé de petits emplois, notamment dans une salle des fêtes. « Je me fais discrète, je lave tout ce qu’on me donne et je rentre chez moi. Ici, les gens n’aiment pas me parler et je ne comprends pas l’arabe, alors j’évite d’être trop loquace.» Marie Anne souffre d’une allergie due à l’utilisation de l’eau de javel et d’autres produits détergents. Depuis qu’un dermatologue l’a examinée, elle met des gants pour sortir dans la rue, elle s’en amuse presque : « Quand je poste des photos de moi sur Facebook, ma famille pense que je me blanchis la peau avec des produits.

J’en ris, car je n’ai presque pas de quoi me nourrir. Je ne veux pas les inquiéter, ils le sont déjà assez», pense-t-elle. Il n’existe pas de statistiques précises ; cependant, selon les associations et les ONG, ils sont plus de 100 000 migrants subsahariens vivant en Algérie. Ils sont invisibles, travaillent au noir, payent des loyers et des écoles privées pour leurs enfants souvent nés en Algérie. Cependant, les migrants subissent les pires violences et le racisme qui remettent en question notre rapport à l’étranger, à l’autre.

Raphaël a 23 ans, c’est un jeune guinéen fan de foot, il vivait depuis un an à Ouargla où il avait trouvé un emploi comme apprenti peintre : « En réalité, je touchais même à l’électricité et d’autres travaux dans le bâtiment. Je gagnais presque 16 000 DA. J’arrivais à envoyer de l’argent à ma grande sœur et ses enfants restés au pays», nous dira-t-il. Lassé par l’attitude de son employeur, l’hiver dernier Raphaël s’est installé à Alger dans le quartier de Bab Ezzouar. « Je pense que mon patron en avait marre de la musique que j’écoutais», dit-il en riant, tapant sur son visage, voulant insinuer qu’en réalité c’était pour sa couleur de peau et sa religion.

Mosquée

Le tatouage d’une croix chrétienne est visible sous son oreille. « Les enfants de mon patron ne me parlaient jamais, pourtant ils avaient le même âge que moi. Un jour, j’ai demandé à aller à la mosquée, ils ont cru que je voulais me convertir ! J’étais juste curieux de voir à l’intérieur. Mais ici, les mosquées ce n’est pas comme les églises, on ne peut pas y pénétrer.

Pourtant, c’est la maison de dieu, non ?» se demande-t-il. Aujourd’hui, il se dit heureux de vivre à Alger. « Je me sens mieux, car ici si je me blesse je peux aller voir un médecin, je peux me connecter à partir d’un cybercafé sans que l’on me dévisage à chaque fois», fait-il remarquer.

Pour Hocine Labdelaoui, chef de l’équipe « Migrations et Mobilités» et directeur de recherche associé au Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread), « la présence des étrangers en Algérie révèle que cette présence tend à s’inscrire dans la durée, ce qui nous pousse à travailler sur l’hypothèse de l’évolution de l’Algérie en un pays d’immigration. L’Algérie accueille des migrants de transit, d’installation également. La société ne pourra pas se refermer sur elle-même», ajoutant que « son intérêt est de s’ouvrir sur d’autres cultures en acceptant les étrangers.»

Viol

Si certains chercheurs et universitaires traitent du statut des demandeurs d’asile et des migrants, il n’en demeure pas moins que la violence reste la seule réponse dans le vide et le flou juridiques. « Je ne comprends pas comment l’Algérie n’arrive toujours pas à faire valoir les droits des migrants, alors que c’est un pays qui peut offrir de grandes opportunités pour ces populations qui sont forcées de quitter des foyers de tension», s’interroge Kamel Djaballah, avocat et militant des droits de l’homme. « Je travaillais dans un cabinet privé, quand un jour un policier est venu demander conseil à mon confrère.

Une femme voulait porter plainte contre son employeur pour tentative de viol, mais elle était sans-papiers et n’avait aucune preuve. J’ai immédiatement voulu entrer en contact avec elle pour voir ce qui se passait réellement dans cette usine. Une histoire sordide qui concernait plusieurs migrantes, et le pire c’est que les autorités ne pouvaient rien faire si ce n’est démanteler cette usine clandestine de chocolat aménagée dans Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’Algérie terre d’installation pour les migrants
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair