formats

L’Algérie présente aux commémorations de l’attentat de la mosquée de Québec

Publié le 26/01/2018, par dans Non classé.

Deux chercheurs universitaires venant d’Algérie prendront part à un colloque sur le Vivre Ensemble, organisé par le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence de Montréal.
Le Québec commémore à partir d’aujourd’hui jusqu’à lundi prochain le premier anniversaire de la tuerie de la Grande mosquée de Québec survenue le 29 janvier 2017.

Six musulmans dont deux Algériens, Khaled Belkacemi et Abdelkrim Hassane, avaient perdu la vie quand un tireur proche de l’extrême droite a ouvert le feu sur les fidèles après la prière du soir (icha).

Plusieurs activités officielles et citoyennes sont prévues à Montréal et à Québec, la capitale de la province éponyme où on attend la présence du Premier ministre canadien Justin Trudeau et celui du Québec Philippe Couillard, entre autres. L’Algérie sera présente à travers ses représentations diplomatiques et consulaires.

Le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) de Montréal organise deux colloques sur le  » Vivre ensemble avec nos différences » en collaboration avec plusieurs organismes dont l’ambassade du Canada en Algérie.

Deux chercheurs algériens ont été invités par le CPRMV pour y prendre part. Boualem Djouhri, professeur en sciences humaines à l’université de Bejaia et Hocine Gueham, chercheur indépendant et écrivain spécialiste de la pensée islamique. Ce dernier affirmait dans une interview à El Watan que  » tout salafiste est susceptible de basculer dans la violence » (http://www.elwatan.com/actualite/tout-salafiste-est-susceptible-de-basculer-dans-la-violence-08-06-2017-346821_109.php). Récemment, il expliquait que  » « Le wahhabisme n’est pas un courant religieux mais un courant politique» (http://www.elwatan.com/-00-00-0000-359257_109.php).

Toute cette expertise a intéressé le Centre de prévention que dirige Herman Deparice-Okomba qui les a invités sur proposition du ministère algérien des affaires religieuses.

Une source de l’ambassade du Canada en Algérie a explique à El Watan que cette dernière « coopère avec le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence depuis 2016, dans les domaines de la déradicalisation et du vivre ensemble. Dr Deparice-Okomba a visité Alger en septembre 2016, où il a pris la parole dans un atelier international organisé par le ministères des affaires étrangères algérien.

Sa deuxième visite était en octobre 2017, quand il a également fait une présentation lors de la réunion plénière du Groupe de travail sur l’Afrique de l’Ouest du Forum mondial de lutte contre le terrorisme. Les deux visites ont inclus un programme de rencontres avec les autorités et autres personnes d’intérêt. »

 » Pendant la dernière visite, Dr. Deparice-Okomba a rencontré le Ministre des Affaires religieuses d’Algérie, Mohammed Aïssa, qui a offert une collaboration quant à la commémoration des victimes de l’attentant au Centre culturel islamique à Québec. C’est dans ce contexte que l’Ambassade appui l’initiative », ajoute la même source.

 » L’ambassade n’a pas fourni aucune ressource financière. Notre appui a plutôt consisté à mettre en contact le Centre de prévention et les autorités du ministère des affaires religieuses, et d’assurer la communication continue entre les deux partenaires. Nous sommes très contents avec ce partenariat. L’ambassade va continuer de travailler en partenariat avec ces deux partenaires importants », conclut la même source.

Les autres victimes tombées sous les balles du suprémaciste Alexandre Bissonnette dont le procès débutera le 26 mars sont : Mamadou Tanou Barry, 42 ans de Guinée, Aboubaker Thabti, 44 ans de Tunisie, Azzeddine Soufiane, 57 ans du Maroc et Ibrahima Barry, 39 ans de Guinée. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’Algérie présente aux commémorations de l’attentat de la mosquée de Québec
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair