formats

L’Algérie lance une grande enquête

Publié le 05/04/2017, par dans Non classé.

L’Algérie lancera, vendredi prochain, la première enquête du genre à l’échelle africaine sur l’impact de l’exposition de la population algérienne aux polluants, selon l’APS, qui cite Berkahoum Alamir, directrice du Centre national de toxicologie.
Intitulée « Bio surveillance de l’exposition de la population algérienne aux polluants», cette enquête inédite, 8e du genre à l’échelle mondiale, coïncidera avec la Journée mondiale de la santé et concernera un minimum de 1210 ménages répartis sur 39 wilayas représentatives au niveau national. Il s’agit du lancement de la phase cruciale des prélèvements, laquelle est programmée durant les week-ends du mois en cours, a-t-elle ajouté, à raison de 10 ménages chaque fin de semaine et devant cibler une population dont la tranche d’âge se situe entre 3 et 74 ans, alors que le délai d’achèvement de l’ensemble de l’enquête est fixé à la fin de l’année.

L’enquête portera sur une liste de 57 questions qui seront soumises aux personnes ayant accepté d’y répondre et inhérentes à leur mode de vie (habitudes alimentaires, hygiène) ainsi qu’à leur environnement afin de déterminer l’impact d’une vingtaine de polluants toxiques sur leur santé, a-t-elle clarifié, faisant savoir qu’il s’agit notamment des métaux et métalloïdes (arsenic, mercure, plomb, vanadium, chrome).

Le « chimique» a envahi notre quotidien : il est omniprésent dans notre environnement, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) impute à ce dernier 33% des maladies dans le monde.

Si tout le monde s’accorde à dire que les progrès fabuleux de la médecine ont fait reculer la mortalité par pathologie infectieuse de 32% à 5% à la fin du XXe siècle, il n’en est rien pour la pathologie cancéreuse qui a progressé de 4% à plus de 50%. Il est établi que 90% des cancers sont d’origine chimique, d’où l’importance mondiale accordée aux produits chimiques et à leur gestion.
On en distingue deux sortes : les polluants primaires et les polluants secondaires. Les premiers sont directement issus des sources de pollution (trafic routier, industries, chauffage, agriculture).

Il s’agit par exemple des oxydes d’azote (NOx), du dioxyde de soufre (SO2), des composés organiques volatiles (COV), des hydrocarbures et de certains métaux (plomb, cadmium).
Les polluants secondaires sont créés dans l’atmosphère via des réactions chimiques entre des polluants. Il s’agit notamment de l’ozone et du dioxyde d’azote.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’Algérie lance une grande enquête
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair