formats

«L’Algérie a un rôle stabilisateur dans la région»

Publié le 13/01/2018, par dans Non classé.

Le rôle des diplomates européens dépêchés à Alger, quand ces derniers réussissent à dépasser les préjugés (et la méfiance algérienne), peut briser l’isolement et la désinformation qui ont été injustement imposés à l’Algérie durant les dernières années.
Il n’est jamais trop tard pour rendre à César ce qui appartient à César. L’un d’entre eux, représentant un pays très proche de l’Algérie de par sa culture méditerranéenne et par le solide partenariat économique construit pendant des décennies, a parfaitement compris la réalité algérienne, qu’il explique sans détour ni hypocrisie. Et ses propos sont d’autant plus sincères, qu’ils reposent sur son expérience directe sur le terrain.

Pasquale Ferrara, ambassadeur d’Italie à Alger, depuis presque deux ans, doit sans doute à ses origines napolitaines l’aisance communicative qui le porte à apprécier ses interlocuteurs et à en être apprécié, en des temps records. La chaleur et l’empathie qu’il met dans ses relations avec l’Algérie et les Algériens vont au-delà de la stratégie diplomatique et de l’effort constant qu’il met à représenter dignement et efficacement son pays à Alger.

Les commentaires sur l’Algérie, qu’il n’a cessé de publier sur les réseaux sociaux, depuis sa nomination à la Villa Hesperia (El Biar), démontrent l’approche respectueuse et désireuse d’aller au fond des choses, qui caractérise son rapport à sa mission algérienne. L’intensité que cet universitaire et intellectuel met dans l’accomplissement de son rôle d’émissaire surprend, tant on est habitué à une diplomatie européenne prudente et distante.

Qu’il parle de son staff italo-algérien à l’ambassade, de la pluie sur les routes d’Alger, des chats algérois qui trouvent refuge dans sa résidence, du concours de la pizza, du festival du cinéma à Alger, ou des grands chantiers que des entreprises italiennes ont ouverts en Algérie, il glisse toujours un clin d’œil amical et bienveillant envers les Algériens et une invitation subtile pour ses concitoyens à découvrir et aimer l’Algérie.

Et c’est tout naturellement qu’il transmet ses impressions sur l’Algérie aux médias de son pays. Lors du programme « Unomattina», diffusé mardi par la chaîne de télévision publique Rai 1, Pasquale Ferrara a tracé un profil juste et positif sur le rôle de l’Algérie dans la région. « En ce moment, l’Algérie représente, dans le scénario méditerranéen, un point de référence, y compris pour l’Europe, en termes de solidité des institutions et d’engagement dans la lutte contre le terrorisme transnational…

L’Algérie peut être considérée comme un exemple à suivre concernant son contrôle des frontières, pas seulement sur le plan militaire, il est important surtout dans les régions où persistent encore des poches d’extrémisme violent et de terrorisme transnational, surtout dans la région du Sahel, mais c’est un pays qui peut également contribuer à un processus de stabilisation par exemple au Mali.

L’Algérie de manière très discrète, et dans le cadre d’une attitude en parfaite syntonie avec celle de l’Italie et l’Onu, accomplit une fonction de dialogue, y compris dans la difficile situation libyenne», a affirmé le diplomate italien à la Rai. « L’Algérie est sortie de sa décennie noire, qui a coûté 200 000 victimes, avec un grand courage et une grande détermination, afin de panser ses blessures, qui ont touché toutes les sphères de la société», a rappelé l’ambassadeur d’Italie à Alger.

Un esprit humaniste qui rappelle la philosophie du président de la République le plus aimé des Italiens, Sandro Pertini, qui avait, lors de sa visite historique à Alger en 1980, prononcé cette phrase emblématique : « Quand je vois La Casbah, le sang du partisan (résistant) s’échauffe en moi !» en faisant référence à La Bataille d’Alger.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «L’Algérie a un rôle stabilisateur dans la région»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair