formats

«L’Algérie a besoin que les hommes s’engagent dans la lutte contre les violences faites aux femmes»

Publié le 19/11/2016, par dans Non classé.

Quelles sont les particularités du rapport sur l’état de la population dans le monde en 2016 ?

Le rapport global sur l’état de la population dans le monde est un rapport qui comprend des indicateurs-clefs pour la prospérité, la paix et le développement durable. Chaque année, un rapport est produit, et cette année il a été décidé d’axer la thématique sur les petites filles de 10 ans. Elles représentant 60 millions de la population mondiale. Dans 15 ans, ces petites filles seront des jeunes femmes de 25 ans et le développement durable et les progrès en matière de paix et de prospérité dépendent du bien-être et de l’éducation de cette catégorie vulnérable de la population mondiale. Il était important de réaliser une analyse basée sur des données fiables pour proposer un certain nombre de mesures pour mieux prendre en charge ces petites filles sur lesquelles notre avenir repose. Au cours des 15 prochaines années, 17 objectifs de développement durable et 169 cibles contribueront à la réalisation du programme à l’horizon 2030.

Que révèle le rapport sur l’Algérie ?

En plus de la thématique globale qui concerne les petites filles de 10 ans, nous avons réalisé un rapport sur la jeune fille adolescente dans le pays. Il est évident que l’Algérie a fait d’énormes progrès ces 20 dernières années.

En témoignent le taux d’alphabétisation, la parité à l’école primaire, le taux des mariages précoces qui reste faible. L’investissement social accompli a permis une bonne évolution. Mais il reste un travail à faire, notamment sur les violences à l’égard des femmes sur lesquelles il existe aujourd’hui un débat national important qui doit se poursuivre. Il faut à présent engager les hommes dans cette lutte. Dans notre rapport intitulé « Investir dans la jeune fille adolescente en Algérie», il ressort que 55% des adolescentes croient qu’il est justifié qu’un homme batte sa femme. Ces données nationales, qui ont été recueillies auprès du ministère de la Santé, sont importantes à analyser. Il s’agit aujourd’hui d’ouvrir un débat sur la question pour savoir ce qu’il y a lieu de faire.

Quelles sont vos recommandations ?

Les recommandations de l’UNFPA visent le bien-être des petites filles de 10 ans. Nous pensons que l’autonomisation de la jeune fille est une étape cruciale pour le développement des pays. Il faut impérativement miser sur l’éducation et l’épanouissement de ces filles, notamment celles issues de milieux défavorisés. Il faut garder à l’esprit les avancées et les efforts précieux qui ont été accomplis à ce jour et qui placent l’Algérie bien en avance par rapport à d’autres pays. Pour les lacunes à combler, il s’agit de faire des plans à long terme et de
continuer à sensibiliser les filles, mais aussi les garçons et les hommes. Ce sont des changements qui s’opèrent sur le long terme et non du jour au lendemain.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «L’Algérie a besoin que les hommes s’engagent dans la lutte contre les violences faites aux femmes»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair