formats

L’affaire Al Atlas TV reprogrammée le 21 décembre pour être rejugée

Publié le 09/12/2017, par dans Non classé.

Coup de théâtre, jeudi dernier, au tribunal de Sidi M’hamed, près la cour d’Alger. Alors que les avocats attendaient le verdict concernant la chaîne de télévision privée, Al Atlas TV, disparue des écrans en 2014, le CIP (Centre international de presse) et l’ancien ministre des Affaires religieuses, Ahmed Merani, le juge décide de reprogrammer le dossier.
Quelques minutes seulement ont suffi au président pour renvoyer non pas le verdict, mais plutôt le jugement de l’affaire, pour la seconde fois, au 21 décembre prochain. « Le dossier est renvoyé pour pouvoir entendre les représentants des deux sociétés Global World Media, propriétaire de la chaîne de télévision, et la Sarl Alpha, citées en tant que personnes morales», avait déclaré le juge dès l’ouverture de l’audience. Une décision qui en a surpris plus d’un dans la salle, dans la mesure où les deux représentants en question, à savoir Hicham Bouallouche, en tant que patron de Global World Media, propriétaire de la chaîne de télévision Al Atlas TV, et son frère,

Djamel Bouallouche, responsable de la Sarl Alpha, ont été entendus par le juge lors du procès, tenu une semaine auparavant, durant une audience qui a duré plusieurs heures avant que le parquet ne fasse ses demandes. Il avait requis une peine de 5 années de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars à l’encontre de l’ancien ministre, Ahmed Merani, pour « détention d’arme de guerre sans autorisation», mais aussi contre le directeur général du CIP, Tahar Bediar, et Mourad Benradouane, responsable du service commercial du même établissement public, auxquels il est reproché d’avoir « dilapidé» les deniers publics et « abusé» de leur fonction, en « mettant à disposition» de la chaîne privée Al Atlas TV, 13 ou 14 projecteurs, « sans contrepartie», et contre le patron de cette chaîne, Hichem Bouallouche, pour complicité de dilapidation de deniers publics et blanchiment d’argent.

Le procureur avait également requis 3 ans de prison ferme, assortie d’une amende d’un million de dinars, contre le responsable de la Sarl Alpha, Djamel Bouallouche, pour complicité de dilapidation de deniers publics, et une amende de 5 millions de dinars contre les deux sociétés, Global World Media et la Sarl Alpha, en tant que personnes morales. Le verdict devait tomber jeudi dernier, mais le tribunal a décidé, contre toute attente, de rejuger l’affaire le 21 décembre prochain. Fait unique dans les annales de la justice. Ce qui a suscité de nombreuses interrogations aussi bien chez les avocats que chez ceux qui suivent de près ce dossier.
Salima Tlemçani Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’affaire Al Atlas TV reprogrammée le 21 décembre pour être rejugée
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair