formats

L’administration dépose plainte contre le syndicat

Publié le 05/11/2016, par dans Non classé.

La crise qui secoue le complexe SNVI semble se compliquer davantage.
Avant-hier, deux membres du syndicat de la division du véhicule industriel (VIR), à savoir le secrétaire général, M. Arib, et son chargé à l’organique, M. Belkheir, ont été convoqués par le tribunal administratif de Rouiba suite à une plainte déposée par la direction générale contre la section syndicale. La justice leur aurait reproché d’avoir « incité les travailleur à faire la grève» et « bloqué l’activité au sein de la filiale précitée». « C’est une provocation.

Au lieu d’ouvrir les portes du dialogue, les responsables de la SNVI font tout pour aggraver la situation et pousser les travailleurs à radicaliser leurs actions», déplore Slimane Belkheir, précisant que l’audience a été reportée en raison de l’absence de son camarade.

« On nous a accusés d’avoir manipulé les travailleurs et bloqué la production en occasionnant un énorme préjudice financier à l’entreprise. Or, les ateliers fonctionnent au ralenti depuis plus d’une année sans qu’aucun responsable n’ait daigné en chercher la cause», dénonce-t-il. Notre interlocuteur rappelle que c’est grâce au syndicat et à la mobilisation des travailleurs que le groupe a bénéficié d’importantes subventions de la part des pouvoirs publics pour relancer la production qui stagne depuis deux ans.

« La dernière fois, ce sont les employés qui ont décidé de faire la grève, pas nous. Ils ont quitté les ateliers car ils n’avaient pas perçu leurs salaires du mois d’octobre. Ensuite, ils en ont eu marre de voir la société reculer d’année en année. Certains avaient même tenté de sortir dans la rue, et c’est nous qui les avons empêchés. Mais finalement, on s’est rendu compte qu’il y a des parties qui incitent au pourrissement», a-t-il regretté. Un autre syndicaliste dit ne pas comprendre l’attitude de l’administration laquelle continue de tourner le dos aux employés et à leurs représentants qui, pourtant, ne revendiquent que du travail pour remettre l’entreprise sur les rails. « Il n’y a qu’à la SNVI où on fait grève pour demander du travail.

Ailleurs, les gens débrayent pour exiger des augmentations de salaires et autres», a-t-il souligné. Selon lui, les travailleurs campent toujours sur leurs positions. Ces derniers ont décidé de ne pas reprendre l’activité avant le départ des dirigeants qui sont à l’origine de la situation catastrophique que traverse le groupe. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé L’administration dépose plainte contre le syndicat
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair