formats

La troupe « Sarkhat Errokh » présente sa pièce « Khoussouf »

Publié le 04/08/2019, par dans Non classé.
La troupe

ALGER- Une pièce de théâtre explorant la mort comme une continuité du cycle de la vie avec une forte empreinte de spiritualité inspirée de différents rituels a été présentée samedi soir à Alger par la troupe « Sarkhat errokh » (le cri de la scène).

Intitulée « Khoussouf » (Eclipse) cette pièce, mise en scène par Abdelkader Azzouz a été présentée par cette troupe de le ville de Tamanrasset en clôture des 9e Journées du théâtre du sud qui se sont tenues depuis le 29 juillet au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi.

« Eclipse » met en scène une femme décédée qui vit son premier jour parmi les morts qui tentent de la calmer et de lui expliquer son passage de l’au-delà dans une ambiance de ziara typique des zaouia.

Dans une scène dépourvue de décor, les comédiens de la troupe, dont la talentueuse Wahiba Baali, racontent chacun son tour les circonstances souvent dramatiques de son décès afin de convaincre la dernière arrivée de son sort et de raconter elle aussi ses derniers moments parmi les vivants.

Crimes passionnels, amour impossible, suicide, ou encore enfants illégitimes chacun y va de son histoire pour démontrer la légèreté des drames de la vie une fois morts.


Lire aussi:

ALGER- Une pièce de théâtre explorant la mort comme une continuité du cycle de la vie avec une forte empreinte de spiritualité inspirée de différents rituels a été présentée samedi soir à Alger par la troupe « Sarkhat errokh » (le cri de la scène).

Intitulée « Khoussouf » (Eclipse) cette pièce, mise en scène par Abdelkader Azzouz a été présentée par cette troupe de le ville de Tamanrasset en clôture des 9e Journées du théâtre du sud qui se sont tenues depuis le 29 juillet au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi.

« Eclipse » met en scène une femme décédée qui vit son premier jour parmi les morts qui tentent de la calmer et de lui expliquer son passage de l’au-delà dans une ambiance de ziara typique des zaouia.

Dans une scène dépourvue de décor, les comédiens de la troupe, dont la talentueuse Wahiba Baali, racontent chacun son tour les circonstances souvent dramatiques de son décès afin de convaincre la dernière arrivée de son sort et de raconter elle aussi ses derniers moments parmi les vivants.

Crimes passionnels, amour impossible, suicide, ou encore enfants illégitimes chacun y va de son histoire pour démontrer la légèreté des drames de la vie une fois morts.


Lire aussi: Théâtre du Sud: l’association Izelman présente son œuvre « El Kar wel Far »


Si le décor de cette pièce reste inexistant, le metteur en scène a choisi un habillage musical très riche fait de tambours, de karkabou et de goumbri avec un grand nombre de figurants illustrant des flash-back dans le passé des vivants évoluant comme superposés à la trame.

Lors de la cérémonie de clôture, qui s’est déroulée en présence du ministre du Tourisme et de l’Artisanat Abdelkader Benmessaoud, les participants ont formulé des propositions pour l’amélioration des prochaines éditions comme la participation d’une pièce de théâtre sélectionnée lors de ces journées au festival national du théâtre professionnel.

L’institutionnalisation des Journées du théâtre du sud en festival, ‘accompagnement des productions théâtrales par le TNA, ou encore la diffusion dans les villes du sud des spectacles produits par le TNA figurent également parmi les propositions des troupes et associations participantes.

Inaugurées le 29 juillet, les 9e Journées du théâtre du sud ont vu la participation d’une dizaine de troupes en provenance de plusieurs villes du sud du pays venues présenter leurs dernières productions sur les planches du Tna en plus de la tenue d’ateliers de formation et conférences.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La troupe « Sarkhat Errokh » présente sa pièce « Khoussouf »
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair