formats

La tension persiste à Bouira

Publié le 14/12/2017, par dans Non classé.

La ville de Bouira a été hier, et pour la deuxième journée consécutive, plongée dans la violence.
Des manifestants, pour la plupart des étudiants, des lycéens et d’autres personnes venues de plusieurs communes de la wilaya, se sont rassemblés à proximité du campus universitaire Akli Mohand Oulhadj, scandant des slogans en faveur de la langue tamazight et autres, et dénonçant le pouvoir en place.

Les premières pierres ont été lancées en direction des forces antiémeute déployées en nombre important, notamment à l’université. Ce déploiement des services de sécurité a été renforcé après les violents affrontements survenus mardi après-midi, et opposant des groupes d’étudiants. Plusieurs blessés parmi les manifestants ayant pris part à la marche au profit de la promotion de la langue amazighe ont été enregistrés.

Pour sa part, l’administration de l’université a, dans un communiqué rendu public, fait part de la fermeture du campus. Le premier responsable de l’université, Moussa Zireg, a averti de recourir à des sanctions sévères contre les fauteurs de troubles tout en appelant la communauté estudiantine au calme.

Durant toute la matinée d’hier, des affrontements entre manifestants et forces de sécurité ont été signalés à plusieurs endroits. Des abribus et autres plaques d’immatriculation ont été saccagés par des manifestants. D’autres ont lancé des pierres sur le siège du commissariat central, a-t-on constaté sur place. Les commerçants ont été obligés de baisser rideau.

Des passants ont même été touchés par les projectiles. Des renforts de policiers, notamment en civil, ont été mobilisés. La police a opéré plusieurs arrestations musclées. Des manifestants ont été tabassés par des agents de police, à proximité du siège de la sûreté.

D’autres heurts ont aussi été signalés en début d’après-midi au niveau de plusieurs quartiers de la ville de Bouira. Les quartiers des 140 Logements et la cité du grand boulevard ont été plongés dans la violence, a-t-on constaté de visu. Dans les autres communes de Bouira, notamment à l’est, les établissements scolaires ont été désertés. Les lycéens de la commune de Bechloul avaient organisé une marche. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La tension persiste à Bouira
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair