formats

La sauvegarde du patrimoine culturel maghrébin renforce la sécurité nationale de ses peuples

Publié le 10/11/2019, par dans Non classé.
La sauvegarde du patrimoine culturel maghrébin renforce la sécurité nationale de ses peuples

CHINGUETTI (MAURITANIE) – La sauvegarde du patrimoine culturel, matériel et immatériel, du Maghreb arabe est à même de consolider l’immunité de ses peuples, raffermir leur cohésion sociale et renforcer leur sécurité nationale, a affirmé, en Mauritanie, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, et ministre par intérim de la Culture, Hassane Rabehi.

Dans une allocution à l’ouverture de la 9e édition du Festival des Villes anciennes de Chinguetti (Mauritanie), dont l’Algérie est l’invité d’honneur, M. Rabehi a exprimé sa conviction que l’avenir des peuples de la région « est tributaire de la préservation de notre identité et de nos constantes puisées dans notre culture, patrimoine et mémoire ».

A ce propos, le ministre a mis en avant le patrimoine « séculaire, pluriel et diversifié » de l’Algérie et des pays du Maghreb arabe, qui se partagent, « une histoire millénaire » qui leur a permis de contribuer à la fondation et l’édification des civilisations méditerranéennes, islamiques et africaines, a-t-il dit.

M. Rabehi a évoqué, dans ce sens, le riche patrimoine architectural des pays de la région « l’instar des Ksour et des Casbahs classés, que nous nous attelons à valoriser dans le cadre du développement durable ».

La protection et le sauvegarde de ce patrimoine architectural pour sa transmission aux générations futures ont impliqué leur classement en secteurs sauvegardés conformément aux recommandations de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Un encadrement juridique à la faveur duquel ces villes antiques sont soumises aux règles de préservation du patrimoine culturel afin de garantir « la protection globale de leur tissu urbain et de ses espaces tels les bâtisses, les sites, les ruelles et les Souk ».

Il a rappelé, dans ce sens, la création, à ce jour, de 22 secteurs sauvegardés alliant patrimoine culturel matériel et immatériel, car se sont des villes archéologiques peuplées, « perpétuant le patrimoine matériel par leurs murs, murailles et ruelles et le patrimoine immatériel par les traditions, les us et les coutumes, qui font leur particularité et sous tendent leur identité singulière ».


Lire aussi: Programme d’appui à la protection et valorisation du patrimoine culturel en Algérie : 70% des objectifs atteints


Pour M. Rabehi, « la réhabilitation des villes anciennes et leur exploitation dans le cadre du développement socioéconomique est « un choix optimal pour nos pays qui aspirent au développement durable », ajoutant que l’investissement dans le patrimoine culturel est un axe important auquel il convient de réfléchir.

« Combien même les facteurs du temps impactent-ils les villes anciennes, leur âme continuera à vivre tant que leur culture et leur patrimoine continuent à battre dans le coeur de leurs habitants », a-t-il poursuivi, précisant que « leur réhabilitation ne peut se limiter à leur restauration et rénovation, mais nécessité également la revalorisation de leur patrimoine immatériel ».

Evoquant le Festival des Villes anciennes à Chinguetti, le ministre par intérim de la Culture a estimé que l’institution de cette manifestation témoigne de l’importance qu’accorde la Mauritanie au patrimoine culturel architectural dans la préservation de la mémoire, soulignant que ces civilisations et legs « nous ont façonné en tant que pays maghrébins et africains et en tant que peuples profondément ancrés dans l’histoire des cultures humaines ».

Dans ce cadre, M. Rabehi a salué la préservation par la ville antique de Chinguetti de son legs, qui lui a permis de demeurer « un phare et un lien sacré de par les œuvres de ses Oulémas à travers l’histoire ».


Lire aussi: Session de formation internationale à Alger à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel


Cette ville, qui a toujours été un haut lieu de rayonnement des zaouïas, qui ont laissé leur empreinte dans l’histoire de la région grâce à leurs apports à travers les siècles et l’établissement d’une relation interactive étroite avec les autres civilisations », a-t-il dit citant particulièrement Tlemcen, Adrar, Touat, Biskra, Bejaïa et Tihert en Algérie.

Le ministre a rappelé en outre que Chinguetti a été un lieu de rencontre avec les Oulémas d’Algérie, notamment le Cheikh Abdelkrim El Meghili, qui a eu un rôle prépondérant dans la diffusion de la science et du message de l’Islam en Afrique ».

M. Rabehi a tenu à exprimer la considération que voue l’Algérie à la Mauritanie, pays frère pour « ses efforts visant à assurer la prospérité de ses enfants, consolider les liens entre les deux peuples afin de hisser la coopération bilatérale au service de la complémentarité escomptée dans divers domaines ».

S’adressant au président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Ahmed Ghazouani, M. Rabehi s’est réjouit du choix de l’Algérie en tant qu’invité d’honneur du Festival des Villes anciennes de Chinguetti, félicitant le peuple mauritanien qui s’apprête à célébrer le 59e anniversaire de son indépendance.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La sauvegarde du patrimoine culturel maghrébin renforce la sécurité nationale de ses peuples
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair