formats

La rentabilité du placement mise en avant

Publié le 14/03/2016, par dans Non classé.

Le staff dirigeant du laboratoire pharmaceutique privé Biopharm a annoncé, hier, le lancement officiel de l’opération de souscription à l’offre publique de vente de ses actions à partir de Ghardaïa, ultime étape de sa campagne d’information menée depuis quelques semaines à travers plusieurs régions du pays.
Des notables, des chefs d’entreprise et des responsables locaux, à leur tête le wali Azzedine Mecheri, ont été conviés à une rencontre qui a permis à l’assistance de découvrir le processus d’introduction du groupe privé à la Bourse. Une introduction qualifiée par Kamel Ameur, directeur général adjoint de Biopharm, de « nouvelle étape dans l’histoire de l’entreprise», en ce sens qu’elle permettra d’élargir son actionnariat, de s’inscrire dans la durée et d’assurer, ainsi, sa pérennité.

Pour convaincre les potentiels souscripteurs et saisir « l’opportunité que représente l’action Biopharm», tous les atouts que présente le laboratoire ont été exposés et les performances expliquées, chiffres à l’appui. Outre le fait que le groupe évolue dans un secteur en perpétuelle croissance, la dépense algérienne en médicaments, appelée à croître dans les années à venir, constitue en soi une assurance de rentabilité pour un placement dans ce secteur. Les prévisions des bureaux d’études, auxquels le groupe se réfère, parlent d’un marché pharmaceutique algérien estimé à 374 milliards de dinars en 2014, mais qui devrait croître pour atteindre 587 milliards de dinars en 2019.

Pour illustrer les performances de l’entreprise — classée parmi les 500 plus importantes d’Afrique —, les responsables du groupe ont réitéré les chiffres reflétant les bons résultats financiers et de production réalisés ces dernières années : un chiffre d’affaires, pour les 9 premiers mois de 2015, de 37,2 milliards de dinars ; un bénéfice net de 3,5 milliards de dinars ; une production de 30 millions d’unités par an et des parts de marché de 13%. Son réseau de distribution, le plus performant du secteur, permet d’approvisionner les officines trois fois par jour et, dans les endroits les plus reculés, au moins une fois par jour.

L’activité export, entamée déjà vers certains pays africains voisins dont le Mali, le Niger, la Mauritanie et, prochainement, le Yémen, devra se renforcer grâce à l’obtention par le laboratoire, en 2015, d’un certificat de conformité aux bonnes pratiques de fabrication délivré par l’Agence française de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM), puisque les produits Biopharm sont désormais autorisés à la commercialisation en France et en Europe.

Quant aux perspectives, le groupe privé met en avant son intention d’augmenter sa capacité de production à 40 millions d’unités, pour l’année en cours, et de développer une vingtaine de nouveaux produits. Des projets de partenariat — outre celui conclu récemment avec le géant du médicament indien Cipla pour la production de la gamme respiratoire — sont également en cours de négociation, affirment les responsables du groupe. Ces derniers n’ont pas manqué d’appeler les investisseurs potentiels à saisir l’opportunité de cette introduction en Bourse qui « garantira une plus grande transparence dans la gouvernance de l’entreprise». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La rentabilité du placement mise en avant
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair